Bienvenue sur le forum de Perce Ténèbres, guilde RP sur Kirin Tor
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Réçits divers de Pandarie

Aller en bas 
AuteurMessage
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Réçits divers de Pandarie   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 13:33

Compilation des ouvrages découverts en pandarie concernant divers thèmes non-classables
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Les Hameçonneurs et les moines   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 13:34

Deux moines d’une grande sagesse se retrouvèrent sous le temple du Serpent de jade pour discuter de la nature de la vérité. La mer étant d’un calme d’huile, ils décidèrent d’engager un pêcheur pour les emmener en barque sous les flèches afin de pouvoir admirer la vue pendant leur conversation. « Une mer si lisse, ça annonce un orage », avertit le pêcheur, mais ces moines si sages ne croyaient que ce qu’ils voyaient et ils insistèrent.

« La vérité est absolue, dit le premier tandis que la barque sortait en mer. Il n’y a qu’une vérité dans l’univers, et nous devons étudier sans fin pour la trouver. »

« La vérité est relative ! riposta le second alors que des nuages s’amoncelaient dans le ciel. L’univers abrite de multiples vérités, et seul l’idiot prétend que la sienne est valable pour tous. »

Le pêcheur ne prononça mot, jusqu’à ce qu’un des moines se tourne vers lui et lui demande son opinion sur la nature de la vérité. « Je n’y ai jamais trop réfléchi », avoua-t-il.

Les deux moines secouèrent la tête et firent claquer leur langue. Ils furent atterrés de découvrir que le pêcheur ne savait même pas lire ou écrire. « Il semble que vous ayez bien mal occupé votre vie », lui dirent-ils.

À ce moment, foudre et tonnerre déchirèrent les nuages et une violente pluie éclata. La petite barque fut bientôt inondée et se renversa. Le pêcheur enleva sa veste et se mit à nager vers la rive.

« Aidez-nous ! appelèrent les moines que les vagues commençaient à emporter. Nous ne savons pas nager ! » Le pêcheur leur répondit : « Il semble que vous ayez bien mal occupé votre vie. »
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Le laboureur et le moine   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 13:36

Un jeune garçon de ferme eut un jour le malheur de partager sa chambre à l’auberge avec un vieux moine, qui passa la nuit à parler de philosophie et de science. Las de cette conversation à sens unique, le moine finit par lui proposer un défi intellectuel.

Mais aussi haut qu'il fît monter l'enjeu, le garçon ne trouvait aucun intérêt à sa proposition. Le moine en arriva à proposer un handicap important : « Je te donne 50 pièces d'or pour chaque question à laquelle je ne sais pas répondre, et tu m'en donnes 5 pour chacune des miennes à laquelle tu ne sais pas répondre à ton tour. »

Le garçon de ferme accepta cette dernière proposition.

« Parfait ! » s’exclama le moine. Il essaya de trouver une question assez difficile pour poser un défi au garçon de ferme, mais assez simple pour que le jeu reste intéressant. « Comment mesure-t-on le volume d’un objet de forme irrégulière ? » demanda-t-il, le regard enjoué.

Sans même y réfléchir, le garçon de ferme lui tendit 5 pièces d’or. Le moine en fut déçu, mais se prépara à la question de son interlocuteur.

À son tour, le garçon de ferme se plongea dans ses pensées, puis finit par demander : « Qu’est-ce qui a le cœur d’un tigre, la sagesse d’un aigle et la force d’un bœuf ? »

Enchanté par l'énigme, le moine se leva d'un bond et commença à arpenter la pièce. Pendant six heures, il observa un silence soulageant, absorbé par la devinette de son compagnon de chambre. Puis il s’agaça. Enfin, son visage se noua de colère et de dédain. « Eh bien tant pis, j'abandonne ! » cria-t-il, agitant ses bras. Avec amertume, il sortit une bourse et compta cinquante précieuses pièces d'or pour le garçon de ferme, qui accepta ses gains avec plaisir.

Le moine le fixa du regard. « Et donc, finit-il par dire, quelle est la réponse à ton énigme ? »

Sans un mot, le garçon de ferme lui rendit 5 pièces d’or.
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: La création de l'ordre du Serpent-nuage   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 13:40

Lors des guerres zandalari, après la création de l'empire pandaren, une jeune fille appelée Jiang se promenait dans l'Arboretum, lorsqu'elle entendit un bruit. Un petit serpent-nuage gisait au sol, blessé et à l'agonie. Avec une douceur maternelle, Jiang le recueillit et le soigna. Elle l'appela Lo, et ils devinrent de grands amis.

Cela déplut beaucoup aux gens du cru. Les serpents étaient craints, considérés comme des monstres sauvages, rusés et dangereux. Les villageois évitaient Jiang, et la suppliaient de se débarrasser de lui avant qu’il ne grandisse assez pour lui faire du mal.

Un jour, l’armée zandalari avait poussé loin au sud, jusqu’à la forêt de Jade. Les monstrueux trolls venus des mers se lançaient à l’assaut de la Pandarie. Jiang répondit à l’appel aux armes et partit défendre son peuple sur la côte.

Lors d'une bataille, elle faillit périr sous les coups de lance d'un troll. Alors que l'arme n'était plus qu'à un doigt de son cœur, Lo vint à son secours.

Le serpent, qui était encore jeune, surgit et démembra le troll. Il ramassa Jiang et l'emporta loin de la bataille, en sécurité.

Lorsqu'elle eut récupéré, elle alla voir les chefs des combattants pandarens, les grands moines guerriers qui défendaient leurs terres des trolls et autres dangers.

Elle essaya de leur expliquer que les serpents pouvaient les aider, que Lo l’avait sauvée, qu’elle savait comment renverser le cours du combat.

Mais ils restèrent sourds à ses paroles. Les moines étaient emmurés dans leur sagesse et choisirent de continuer à se défendre comme ils l’entendaient.

Jiang n’abandonna pas. Cet échec ne fit que nourrir sa détermination.

Plusieurs jours plus tard, les Zandalari avaient fait une percée depuis la côte. Les champions pandarens leur firent face sur le grand pont près de Fleur-de-l'Aurore. Ils essayaient de toutes leurs forces de repousser les trolls, et étaient en train de perdre. Les Zandalari arrivaient en grand nombre, et les pandarens n'avaient aucun moyen de contrer leurs chevaucheurs de chauves-souris. Tout espoir de victoire semblait s'envoler.

Que virent alors ceux qui observaient la bataille ? Jiang perchée sur le dos de son ami Lo !

Ils jaillirent du ciel, jetant les Zandalari du pont et abattant leurs chauves-souris. Nul ne pouvait résister à la fureur des deux amis.

Il fallut encore bien des mois pour gagner la guerre, mais ce fut cette bataille qui en renversa le cours. Bientôt, Jiang entraînait d’autres pandarens à chevaucher comme elle sur le dos de serpents.

Jiang et Lo étaient des héros ! Ce jour-là, le serpent devint un symbole d’espoir pour le peuple pandaren et l’ordre du Serpent-nuage fut fondé. Aujourd’hui encore, il protège et sert tous ceux de la forêt de Jade.
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Le général et le grumelot   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 13:41

Il y a bien des générations, un général pandashan se tenait sur la muraille de l’échine du Serpent, attendant l’assaut des mantides. Un jeune grumelot qui apportait des fournitures au général lui demanda son avis sur l’issue de la bataille.

« Si la chance nous sourit, nous serons victorieux », répondit-il en scrutant l’horizon.

Mais le grumelot était expert en la matière. « La chance est si capricieuse ! Comment savez-vous si elle vous sourira ? » demanda-t-il.

En acquiesçant, le général sortit une pièce de sa poche. « Voyons ce que le vent décide ! » dit-il en lançant la pièce en l’air. « Face, nos défenses tiennent. Pile, le mur est renversé. » Ses hommes se pressèrent pour voir le verdict, bientôt rejoints par une foule de soldats. La pièce rebondit, tourbillonna et s’immobilisa enfin. Face ! La foule exulta.

La bataille eut lieu le lendemain. Les mantides attaquèrent en nombre, mais même trente fois moins nombreux, les défenseurs tinrent bon et furent victorieux.

Le grumelot fut impressionné par l’assurance du général et par sa bonne fortune. « Vous avez risqué le moral de vos hommes ! dit-il. Comment pouviez-vous être aussi sûr du résultat ? »

Le général sortit la pièce de sa poche en souriant et en montra les deux côtés au grumelot. C’était une pièce à deux faces. « L’expérience m’a appris que nous sommes tous les artisans de notre propre chance, » répondit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Le mogu et le trogg   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 13:43

Il y a longtemps, sous la terre, vivait une créature appelée un trogg. Il se promenait dans les cavernes et tunnels sous la montagne, il explorait et reniflait, il était heureux. Puis un jour, il rencontra un mogu.

« Comme tes bras sont forts, lui dit le mogu. Ma magie les rendra encore plus forts, qu’ils puissent broyer mes ennemis. »

« Et comme ton nez est puissant, lui dit le mogu. Ma magie le rendra encore plus puissant, qu’il puisse sentir où sont mes ennemis. »

« Et comme ton sens de l’orientation est juste, lui dit le mogu. Ma magie t’apprendra à ne jamais oublier une piste, que tu puisses connaître les chemins de mes ennemis. »

Le mogu fit appel aux eaux du val de l’Éternel printemps pour faire de cette créature une arme.

Quand la fumée se dissipa, quand la poussière retomba, qu’avait-il devant lui ? Un grumelot, l’air heureux.

« Avec tes bras forts, ton nez puissant et ton esprit qui n’oublie jamais une piste, lui dit le mogu, emporte ces provisions des fermes de l’est au grand mur de l’ouest. Trouve toutes les pistes en chemin et dis-moi quels ennemis tu vois. »

Ainsi partit le grumelot, fort de bras, puissant de nez et n’oubliant jamais, à la recherche des « ennemis », ce mot utilisé par le mogu. Il apporta les provisions et trouva les pistes, mais ne vit pas un ennemi.

« Où sont mes ennemis, demanda le mogu. Se cachent-ils dans les défilés des montagnes ? Se cachent-ils dans les cavernes sous les rivières ? Se cachent-ils dans les champs de la ferme ? »

Le grumelot cligna des yeux et réfléchit. Il réfléchit encore et encore, puis répondit : « J'ai senti avec le nez et vu avec les yeux, mais je n'ai pas rencontré d'ennemi. Dans les montagnes, j'ai vu des hozen qui creusaient leurs petits tunnels. Dans les grottes sous la rivière, j'ai vu des jinyu qui parlaient à leur eau. Dans les champs, j'ai vu des pandarens qui faisaient une petite danse amusante. »

Le mogu réfléchit à son tour, et se détendit.

Bien des fois, le grumelot partit, et à son retour le mogu lui posait la même question. Et la réponse du grumelot était toujours la même.

Mais le mogu n’avait pas compris que les hozen creusaient des tunnels qui les mèneraient derrière les défenses mogu. Les jinyu parlaient aux eaux pour prédire où les mogu frapperaient une fois la rébellion levée. Et les pandarens ne dansaient pas, mais s’entraînaient au combat sans arme.

Quand la révolution commença, le mogu fut scandalisé d’être pris par surprise.

« Tu m’as dit que tu n’avais trouvé aucun ennemi ! » dit-il au grumelot.

Le grumelot fit un grand sourire, et lui répondit : « J’ai vu ce que je voulais voir. Et toi, tu as entendu ce que tu voulais entendre. »
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Le seigneur de guerre et le moine   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 13:53

Un jour, un seigneur de guerre mogu gagna assez en puissance pour menacer la forêt de Jade.

« Je vais reconstruire l'empire mogu ! proclama-t-il devant les portes du temple du Serpent de jade. Et votre race sera remise en esclavage. »

Depuis les remparts, la voix d'un moine seul lui répondit : « Combien de mogu amènes-tu pour nous défier ? »

« Je dirige une armée de cent mogu ! » annonça le seigneur fièrement.

« Mais derrière ces murs nous sommes cinq cents », répondit le moine d'un ton confiant.

Les soldats mogu se mirent à hésiter et à remettre en question la décision de leur chef. Le doute s'empara de leurs cœurs et ils s'enfuirent.

Le seigneur de guerre était furieux ! Il quitta les portes du temple et alla trouver ses alliés. Après maintes négociations, menaces, promesses et cajoleries, il leva à nouveau son armée.

Devant les portes du temple du Serpent de jade, il proclama : « J’amène six cents mogu pour défier vos pitoyables cinq cents défenseurs ! »

Depuis les remparts, la voix d’un moine seul lui répondit : « Avions-nous parlé du serpent géant mangeur de mogu qui accompagne chacun de nos moines ? Oh, comme ils ont faim. »

À ces mots, l’armée mogu se dispersa à nouveau et, privée de courage, s’éparpilla dans les terres.

À nouveau, le seigneur de guerre était furieux ! Il tenta de rallier ses troupes. Il lui fallut des années, mais il revint, cette fois à la tête d’une puissante légion de mogu et de quilen, équipés d’armes pillées dans les tombes de leurs empereurs ancestraux.

« À genoux, esclaves ! J’amène mille mogu et cinq cents quilen à vos portes. J’ai des armes magiques et je commande à la puissance des ténèbres. »

Depuis les remparts, la voix d’un moine seul lui répondit : « Mais avez-vous démasqué notre espion ? Oh, comme il est habile. »

À ces mots, les mogu se tournèrent sauvagement les uns contre les autres. Chacun soupçonnait tous les autres de traîtrise ou d’espionnage. Il n’y a pas de confiance chez les mogu, il n’y a que la puissance et la force.

La guerre fit rage aux portes du temple et les mogu s’anéantirent mutuellement, déchaînant tous leurs doutes, rages, peurs et haines, leur violence et leur désespoir.

Quand la fumée retomba enfin, le seigneur de guerre restait seul devant les portes. Il avait tué la plupart de ses anciens alliés et n’avait plus personne pour l’aider à conquérir son trône.

Un moine pandaren seul sortit du temple, contempla la scène et se mit à balayer.

« Où est votre armée ? », cria le seigneur de guerre.

« Tu l’as amenée avec toi, répondit le moine avec un sourire. Mon ami, sache que si tu dois porter le premier coup, alors tu as déjà perdu. »
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: La nature de la paix   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 14:25

La paix est comme une rivière. Parfois, ses eaux sont calmes et coulent tranquillement à perte de vue. Parfois, elle doit se battre contre la terre, dévaler des rapides et fendre la pierre pour arriver à destination.
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Le vieux Ri et les millions d'âmes   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 14:39

Tard dans un soir d’automne, deux amis se la coulaient douce sur la terrasse à l’arrière de l’auberge du Navet fainéant. À leurs pieds dormait la petite ville champêtre de Micolline. Le fond de l’air nocturne était frais. Une brume légère avait commencé à déposer un voile de rosée sur les vertes collines galbées en contrebas, et l’ombre de la flèche du grenier Impérial se détachait sur le firmament qui les dominait.

Une soirée de bonne chère et de longues heures passées à fumer les herbes locales avaient mis les deux amis d’humeur contemplative.

Zhi, le plus jeune et le plus curieux des deux formula une question très pointue : « Et si tout ceci n’existait pas ? »

Ri, son vieil ami qui était à moitié allongé, son chapeau de paille sur les yeux, en releva le bord pour regarder son ami. « Tu es sérieux ? » demanda-t-il, une lueur insistante brillant dans ses yeux marron.

Zhi embrassa l’horizon du bras, désignant toute la vallée. « Et si ceci n’était qu’une image tracée sur une toile par quelque peintre ? » dit-il. Le souffle court, il se prit la tête entre les mains. « Et si nous n’étions que les personnages d’un livre ?! »

Le vieux Ri se tint les côtes des deux mains et éclata d’un rire profond et songeur. Il prit la pipe encore fumante à Zhi et la mit de côté.

« On voit l’âme d’une personne dans ses yeux », finit par répondre le vieux Ri. « Son essence : le cœur de son être, pensées, amour et émotions. C’est notre âme qui nous rend vivants. »

Puis Ri se leva et se mit à côté de Zhi, plaça son bras autour de ses épaules et attira son attention vers la vallée en bas. « Tu vois ça, en bas à droite ? Le marché agricole ? » Dans la sombre froideur de l'automne, le marché de Micolline ressemblait à un oasis de douce lumière jaune au milieu des collines enténébrées. Des drapeaux colorés ondulaient dans la froide brise, et on apercevait des silhouettes se déplaçant parmi les étals, achetant des fournitures ou marchandant les fruits de leur labeur. Le son de leurs voix et leurs rires, indifférenciables les uns des autres mais incroyablement vivants, résonnait jusqu'à l'auberge.

« Ces silhouettes là-bas, chacune possède une âme », continua le vieux Ri. « Et ensemble, nous partageons cet espace. Des millions d’âmes, toutes au même endroit. Notre terre ! Micolline est réelle, tant que toi et moi sommes ici pour en profiter. » Satisfait, le vieux Ri s’assit et fit signe à l’aubergiste de lui apporter un autre verre.

Zhi s’attarda en bordure du patio, s’appuyant contre un pilier de bois rugueux. Il inspira une goulée d’air froid, et regarda les lucioles virevolter dans l’herbe mouvante des champs au-dessous de lui. « Ri », dit-il enfin, « peinture ou pas... si nos âmes doivent partager le même endroit, je ne voudrais être avec personne d’autre que toi. »

Le vieux Ri baissa son chapeau sur ses yeux et répondit par un chaleureux grognement d’assentiment.

Le son des criquets se mêlant à l’animation du marché juste en dessous apaisa les deux amis, qui se réfugièrent dans un silence bienheureux.
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Quan Tou Kuo l'Ambidextre   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 15:09

Père de la dichotomie des bières ambrées et brunes et de l’école de l’ébriété équilibrée.

En cherchant à atténuer les effets néfastes de la bière sans en diminuer les vertus, Quan Tou Kuo a mis au point un système de consommation en deux temps permettant d’atteindre un état d’ébriété équilibré. Consommées séparément et en quantités appropriées, la bière ambrée de l’esprit et la bière brune de l’intelligence se mélangent dans l’estomac du consommateur pour le mettre dans un état de discernement et de bienveillance sans lui faire perdre sa capacité de jugement ou son contrôle, comme on peut le voir généralement chez les gros buveurs.
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Ren Yun l'Aveugle   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 15:10

Père des bières sensorielles et de la bière des quatre sens.

Ren Yun, dont la cécité avait aiguisé les autres sens, supporta pendant des années ce qu’il considérait comme le goût affreux des bières pandarènes classiques. Après des années d’errance et d’expérimentation, il élabora et perfectionna diverses bières ravissant chacune un de ses quatre autres sens, mais sans parvenir à trouver la recette réunissant l’ensemble de ces plaisirs en un seul breuvage. Pendant une vie de plus, il parcourut le monde jusqu’à ce qu’il ait découvert le dernier secret pour réunir toutes ses bières sensorielles en une seule recette : la bière des quatre sens.
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Voie de Huojin   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 15:11

« Doutez toujours. Remettez tout en question. Dans la poursuite du bien, l’inaction est le seul vrai mal. » - Maître Zurong.

La voie des Huojin est marquée par des actes concrets et décidés. Ses disciples croient que la morale et les idéaux ne sont pas absolus, mais varient selon les circonstances.

Ainsi, un maître huojin doit rester souple dans sa réflexion et toujours se demander où est le bien.
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Voie des Tushui   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 15:12

« La discipline n’est pas une guerre à gagner. C’est une bataille qui se déroule constamment. » - Maître Feng.

La voie des Tushui est celle d’une vie pleine de principes. Ses disciples croient en une certitude morale pour le monde : un chemin est celui du bien, l’autre celui du mal.

Ces valeurs sont immuables et doivent être préservées, même si le prix en est le sacrifice de soi ou des pertes douloureuses dans la poursuite de l’idéal.
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Xin Wo Yin au coeur brisé   Réçits divers de Pandarie EmptyLun 23 Déc - 15:12

Le père de la Bière du cœur.

Cette bière imprègne qui la boit d'un profond sentiment de bien-être et de chaleur. La légende raconte que Xin Wo Yin éprouvait une telle adoration pour le fruit de son art qu'il versait des larmes de chagrin sur chaque fût qui quittait sa brasserie.
Revenir en haut Aller en bas
Danielle Windsong

Danielle Windsong

Messages : 343
Date d'inscription : 21/07/2013

Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Les origines de l'escalier Dérobé   Réçits divers de Pandarie EmptyDim 12 Jan - 11:20

L’escalier Dérobé, qui serpente entre les plaines fertiles de la vallée des Quatre vents et les steppes vallonnées du sommet de Kun-Lai, est l’une des merveilles de Pandarie.

Il fut taillé à la main par des esclaves pandarens sous la troisième dynastie mogu. Selon l’état actuel de nos connaissances, cela signifierait que ces marches sont vieilles de plus de douze mille ans !

Les grumelots pensent que cela porte bonheur aux voyageurs de compter les marches lors de leur ascension. C’est peut-être vrai, mais on n’a encore jamais pu se mettre d’accord sur leur compte exact.

Et vous, combien en voyez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Réçits divers de Pandarie Empty
MessageSujet: Re: Réçits divers de Pandarie   Réçits divers de Pandarie Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Réçits divers de Pandarie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» croquis divers
» CSI NY - Montage divers - Mac/?? - PG 13
» divers fleur
» champignon divers
» Vieux grimoires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PerceTénèbres :: Communs de l'ordre :: Archives d'une bibliothèque de la Tour des Mages-
Sauter vers: