Bienvenue sur le forum de Perce Ténèbres, guilde RP sur Kirin Tor
 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Ragnar Valurius, L'indomptable

Aller en bas 
AuteurMessage
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Ragnar Valurius, L'indomptable   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 13:58

Ragnar Valurius
l'Indomptable



Ragnar Valurius, L'indomptable 1426382543-ragnar-en-600hforum

Thème du Personnage

Prologue:

Le crépuscule tombait sur Durotar, à l'image de la journée qui s'était écoulée: rouge.

Le désert aride et ocre qui avait été nommé Durotar par Thrall en l'honneur de son père, Durotan, était jonché de cadavres baignant leur propre sang. Kor'krons, Trolls, Humains, Elfe de la nuit comme de sang, mais encore nains, Taurens ainsi que bien d'autres en furent victimes, sans différence. Beaucoup étaient calcinés, et des trainées de flammes persistaient à vouloir vivre encore quelques heures avant de s'éteindre lentement.

Nous somme en l'an 34, Le siège d'Ogrimmar est en route par la main de la Rebellion Sombrelance et de l'Alliance. Parmi eux, des mercenaires de tout horizons ce sont joint à la cause pour ne pas finir esclaves du tyran Hurlenfer, Garrosh.

Cette journée fut l'une des plus violente, avant d'entrer dans Orgrimmar, qui elle fut nommé ainsi en l'honneur d'Orgrim Marteau-du-Destin, était une véritable forteresse bardée d'acier et d'armes de siège. Nazgrim passait souvent son temps à regarder le déroulement sur le haut des remparts, comme si rien ne pouvait l'atteindre. Les ennemis d'Orgrimmar devaient se frotter à l'avant-Garde Kor'kronne, leur voltigeurs mais aussi aux gueules de dragons qui chevauchaient leur fameux Proto-Drakes noire aux souffles enflammés, dirigé par le chef de guerre Zaela.

Nombre de blessé avait trouver refuge sous des tentes dispersées par ci et la en arrière du front alors que d'autres patrouillaient. Malgré la coalition, les mélanges de faction pour les patrouilles étaient rares. L'ambiance de guerre qui est d'habitude oppressante n'avait étrangement pas prit place ici, probablement dû aux grandes figures présentes tel que Vol'Jin, Sylvanas (même si pour cette dernière... certains se sentaient plus qu'oppressés à l'idée qu'elle ne soit pas loin) ou encore Jaina ou le Roi Variann Wyrnn lui-même. C'était presque comme si toute les races d'Azeroth venaient toquer à la porte de Garrosh pour lui faire un recalibrage cognitif, et à la vu du Marteau de Thrall... un coup suffirait sans doute.

Non, ce soir l'ambiance était à la bonne humeur car Galarkas avait été abattu et la suprématie aérienne de la Horde de Garrosh avec lui, même si le combat de demain s'annonçait difficile à la vu de l'énorme mastodonte en fer massif qui gardait les portes de la citée fortifiée. Beaucoup de Proto-drake gueule de dragon furent abattu également et leur corps gisaient au sol avec les autres. Sur une petit soulèvement en bord de plage, l'un d'entre eux, criblé de flèches et transpercé par trois harpons reposait au milieux d'autres cadavres, tous humain. Il les avait tous emporté avec lui dans sa mort. Ou presque.

Devant sa gueule refermée anormalement laissant son épaisse langue ressortir, un homme dont la silhouette était à peine distinguable au loin se dressait. La posture bien droite, ses mains s'appuyait l'une sur l'autre pour reposer sur le long manche surplombé d'une énorme tête parsemée de piques enfoncée dans le sol, un véritable marteau de guerre. Son armure de plaque brune était maculée de sang mélanger à cette lourde poussière ocre si propre à la région. Des ornements avaient été ajouter, tel des cornes sur l'une des épaulière. Ses longs cheveux bruns avaient été attachés en arrière.

Cigare coincé au coin des lèvres, il regardait ce monstre fraîchement abattu de ses yeux bleu perçant. S'attardant sur chaque flèches tour à tour, puis revient sur les larges harpons ensuite, comme si il se remémorait chaque moment ou ils percutaient le proto-drake. Après quelque temps à le contempler, il retira sa première main de la deuxième et vient prendre son cigare entre le bout de deux de ses doigts pour l'ôter de ses lèvres et recracher un épais nuage de fumée.


-Tu es le vingtième, grogna l'homme en effectuant un pas en arrière, ramenant son marteau sur son épaule d'une main, Fils de pute, s'entendit-il rajouter.

Laissant la dépouille d'un des ancêtres primitifs des dragons actuels derrière lui, il prit la direction du camp le plus proche dans la volonté de se réchauffer autour d'un feu. Les nuits sont fraîches, même ici. Ce qui l'arrêta à mi-chemin fut un grognement bestiale et plaintif, il fit volte-face en sa direction, prenant son marteau entre ses deux mains, ce dernièr se recouvrant de flammes. La bête qui grognait était à quelques pas mais la luminosité était bien trop faible pour identifier quoi que ce soit.

Prudemment, il s'avança vers ces complaintes qui semblaient étouffées par la fatigue, prêt à frapper de son marteau sur toute chose qui pourrait surgir de la pénombre. Il finit par distinguer des barreaux à la lueur de son arme, puis releva cette dernière, afin de voir la cage dans sa globalité et surtout ce qu'elle contenait: Un large loup Kor'kron, enfermé comme la bête qu'elle est. Allongé sur le côté, le loup était visiblement mourant.

Ragnar plissa les yeux finement en voyant la bête à l'agonie. Une idée derrière la tête.


* * *


Un rapide aller-retour à l'un des camps pour prendre des morceaux de viandes séchées et de l'eau, il était revenu aussi vite que possible auprès du loup en détresse. Il s'agenouilla ensuite péniblement mais rapidement devant la cage et tendit un morceaux en direction du loup, ce dernier ne réagit que subtilement en coulant son regard dessus. Il n'était pas en confiance.

-Il faut le tuer, ces bêtes sont des saloperies avide de sang, gronda une voix dans le dos de Ragnar qui se redressa immédiatement. Il faut le tuer.
-Celle ci est à l'agonie, elle n'a tué personne durant ces derniers jours, elle ne vous a rien fait, ni à vous, ni aux votres, rétorqua Ragnar en pivotant de moitié vers le groupe dans son dos. Deux hommes, un nain et un Worgen, tous armés.
-Même, il faut la tuer, insista le Worgen au pellage sombre et taché de sang. C'est une bête.
-Et toi !? Qu'es-tu sale clébard ? gronda Ragnar à son tour, se relevant en empoignant son marteau, Vous ne lui ferez rien... Assura le guerrier, menaçant.

Provocation de trop pour le groupe de mercenaires, le Worgen bondit sur Ragnar dans un grognement bestiale pour se faire réceptionner par l'énorme masse ardente, ce premier vola sur le côté dans un craquement d'os en plus de s'embrasé. Le deuxième à s'engager fut l'un des hommes chargeant avec son épée, toujours sans succès. Ragnar était habile, le retour de la masse vint percuté le crane pour s'y enfoncer, il tomba lourdement avant de faire quelque roulés-boulés, retournant à la poussière. Mais le nain eu le temps d'armé son fusil et fit feu, la balle heurta s'encastra dans la jambe du guerrier qui se vu forcé de s'agenouiller, le dernier homme vint lui asséner une frappe verticale avec sa hache, lui mutilant le creux entre son épaule et sa nuque, lui arrachant un râle.

Le prisonier de la cage voyait la scène se dérouler sous son oeil. Seulement son défenseur n'avait pas dit son dernier mot, il lâcha sa masse qui cessa se flamboyer dès que le contact entre elle et lui fut rompu pour prendre un aspect cendré semblable au Sombrefer. Il glissa sa main à l'entre-jambe de l'homme dans premier temps, lui broya ensuite absolument tout en renferment sa poigne dessus dans un second, et dans le dernier, il se releva en hurlant et fit passer l'homme par dessus son épaule en l'accompagnant, il alla planter sa tête dans le sol, la tête s'inclina sur le côté sous le coup, la nuque craqua si affreusement qui n'eu le temps de dire un mot.

Le nain quant a lui releva son canon visant le front de Ragnar (il ne fallait pas qu'il le rate, car il était le prochain sur la liste d'une mort affreuse), mais ce dernier n'eu pas le temps de se rendre compte qu'une lame vint lui transpercé la gorge par derrière, alors qu'une autre lui coupa son bras armée. Un sourire vicieux prit forme entre les cornes du Troll qui se redressa derrière lui, à pein visible.


-Ces nains mec, ils ont toujours envie de chasser des bêtes, même sans défense.


* * *


Ragnar et le Troll étaient entrés dans la cage du loup, le vulgaire cadenas avait été sauté par la masse ardente du défenseur. Malgré ses blessures, il tint à s'occuper du loup. Lui donnant ses propres provisions, de la viandes séchées et de l'eau. Le Troll qui lui avait probablement sauvé la mise se tenait ses côtés, il le regardait faire attentivement.

-Je les avais entendu papoter ceux là... Toi et ton loup, ils  vous aimaient pas, ah non mec... s'expliqua le Troll pendant que Ragnar prenait soins du loup. Fallait les suivre, si on fait de la barbarie nous aussi, alors on vaux pas mieux que Garrosh, ça non mec...
-Merci Troll, lui répondit l'homme. Sans toi, ce loup et moi serions probablement mort.
-T'regarde ce loup, pas avec pitié, mais avec compassion mec, c'est pour ça que j'ai glissé ma lame dans ce nain, mec, Acquiesça le Troll à la peau bleu.
-T'y connais quoi sur ces loup ? T'as une idée sur le comment du pourquoi ils l'ont enfermé et laisser mourir ici ?
-Les Orcs de Garrosh, les Kor'krons, c'est des barbares. Elle à sûrement du refuser un ordre, et les Garroshars, ils l'ont condamné à mourir lentement. Cracha le Sombrelance. Comme toi tu l'a été, mec. Répliqua t-il, le pointant de son index crochu.

Ragnar pivota son visage vers lui en plissant les yeux, perturbé du fait qu'il avait lut en lui comme dans un livre ouvert, il ne pu s'empêcher de grimacer tristement lorsque les souvenirs le frappa.

-Ce loup, il faut en prendre soins, guerrier, car il t'abandonnera pas, oh non, ces bêtes, elle sont fidèles, plus que les Hommes. Rajouta le troll, hochant la tête avant de partir, s'évanouissant dans la pénombre.

Le dit guerrier ne manqua pas à sa tâche, il revigora le loup, et l'emmena dans un coin isolé. Il y construit un abri de fortune toute la nuit et offrit un luxe minimum dans ce désert au loup et à lui-même. Le lendemain, il devait aller voir un orc afin d'en apprendre plus sur ces loups Kor'kron se dit-il à lui même.
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Bragg   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 13:58

Ragnar Valurius, L'indomptable 1436031768-fiche-bragg


Dernière édition par Ragnar Valurius le Sam 4 Juil - 19:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Périple avec la Ligue des Explorateurs   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 13:59

Périple avec la ligue des explorateurs

Ragnar Valurius, L'indomptable 1427758024-04

Musique partie 1:
 



Nous somme en l'an 31, Aile de mort s'est réveillé et a déformé la surface d'Azeroth. Les pertes sont innombrable et Hurlevent porte de lourds stigmates. Le marteau du crépuscule est présent partout jusqu'à aller infiltrer les plus hauts niveaux de l'infrastructure de chaque peuple: la peur est de mise. Mais dans le chaos, de nombreux groupes se lèvent contre la menace qui plane sur Azeroth.

Ragnar Valurius, Chasseur de prime passant le plus clair de son temps à Baie-du-Butin à la recherche de contrat voit ses revenus diminuer, le temps n'est plus pour les chasseurs de tête. Voyant cela et vu le nombre de dragons qui harcèle ce monde, il se dit que le temps était plus aux chasseurs de dragon. Il monta alors une équipe de mercenaires d'élite, à cette époque ci, il ne porte pas encore le titre de "Chasseur cendré". Pour chasser ces dragons, il faut du matériel, qui dit matériel, dit des fonds. Et bien qu'ils aient désormais une trésorerie conséquente, un contrat de protection des plus intéressant s'offre à eux. Ragnar et son équipe sont alors amenés à protéger un groupe de la ligue des explorateurs face aux reliquaire, dans les Terres Ingrates. Le passage d'aile de mort à peut-être déformé Azeroth, mais il a également permis à de vieilles reliques oubliées de refaire surface. Reliques que la ligue des explorateurs convoite autant que le Reliquaire... Et vu les méthodes de ce dernier, une protection est plus que nécessaire.

* * *

Le climat y est brutal, rocheux, d'une chaleur écrasante et le sol est couvert de sable rouge. Seuls quelques animaux ont les ressources pour y survivre, tels les coyotes, cougars et les busards. Avec l'aide des nains, le groupe de Ragnar avait battit un petit camp de fortune garni de deux tentes, des bancs improvisés et une table, le tout entourés de barrière de vois parsemées de piques taillés en pointes. Tout ceci autour d'un feu de camp généreux. Les couchettes étaient à l'air libres. Ce n'était pas particulièrement agréable à vivre, mais ce n'était rien comparé au Nofrendre passé.

Bien que le Reliquaire ne s'était pas encore manifesté depuis plusieurs jours que et l'avancement des fouilles avait bien progressé, les protecteurs restaient vigilants, jamais bien loin d'une arme ou... d'une chope à moitié vide pour certains. Lors d'une nuit ou il ne trouvait pas le sommeil, hanté par son passé, Ragnar prit le temps de parler avec le chef du petit groupe de nains archéologue.  "Il est toujours appréciable de savoir pourquoi l'on protège quelqu'un."

Ce fut autour du généreux feu, l'un en face de l'autre séparé par ses douces flammes ardentes que le récit prit cours. Ragnar abordaient une armure d'acier bardée de piques encore assez rudimentaire. Un cigare dans une main, une chope dans l'autre, il écoutait sagement le nain sans l'interrompre. Il lui raconta toute l'histoire sans s'interrompre et sans hésitation, comme un narrateur avéré. Sa longue barbe blanche velu dansait autour de ses épaisses lèvres.


"A l'époque, il y a de cela bien des années, les Sombrefers ont fabriqués une série d'arme au pic rochenoire. Ils les ont forgés avec toute leur volonté et coulée dans du sombrefer. Mais... il leur fallait plus que de simples armes pour défendre leur domaine. Ils ont alors demandé à un élémentaire primordiale de les infusée de sa puissance. Un élémentaire de feu bien entendu. Ainsi, une série de neuf armes infusées de la puissance du feu et ce d'une manière inépuisable, vu le jour. Mais attention, lorsqu'un porteur prend une arme, elle lui est lié jusqu'à sa mort, elle n'obéira qu'a lui. Le nain à la barbe blanche-drue haussa les épaules avant de reprendre. Un moyen d'éviter à ce que leur armes se retournent contre eux. Il est aussi dit que leur flammes ne brûlent que les ennemis du porteur et pas sa personne."

* * *

Lentement mais sûrement à d'habiles coups de pinceaux, les nains s'attelaient à la tâche.  Dans un premier temps, on aurait cru voir une pierre, un morceau de sombrefer voir des cendres fossilisées.. Ce n'est seulement qu'au bout de quelques jours que l'artefact prit forme.... Une forme plutôt stupéfiante alors qu'il n'était sortit que de moitié. Un long manche orné de gravures abstraites rattaché à une tête massive, bardé de pique... Cette arme était une masse guerre. Ragnar regardait  tout cela prendre forme sous ses yeux, soigneusement enroulé dans sa cape. L'arme semblait alléchante et bien qu'elle le tentait, le fait d'être lié à quelque chose d'élémentaire lui faisait peur, ce qui le résigna à cette idée.

Il les regardait faire tout en avalant son repas du midi: un vulgaire bout de pain ou il y avait glissé deux tranches de jambon et quelques rares cornichons. Mais ce repos fut de courte durée, quelques minutes après avoir finit sa collation, la voix d'un des archers posté en hauteur l'avertit:
<<Ragnaaaaaaaaaaaar ! Ils arrivent par le Sud !>>


Musique Partie 2:
 


L'appelé se retourna de moitié vers le Sud afin d'y orienter son regard. Un fin sourire en coins se dessina sur son visage lorsqu'il aperçu deux Orcs, un Tauren et quatre Sin'doreil charger. Le chef des archéologues s'affola en les voyant arriver: Ils vont tout saccager ! Ou tout nous voler ! Maudits pillards du R'liquaire !

-On s'en charge... L'interrompit le guerrier en levant la main. Aller les gars, ce soir c'est entrecôtes de Taurens et têtes d'Orcs sur pique ! s'exclama Ragnar qui renvoya sa cape en arrière d'un revers de main pour glisser ses doigts sur les manches enroulés de cuir situés à sa ceinture. Il se mit en marche lentement vers la charge ennemie, il paraissait trop sur de lui à la vu des nains. La charge lancée ne se posa pas de question, le voyant comme un vulgaire moucherons qu'ils aillaient balayer en un instant... Mais rien n'y faisait, Ragnar avançait lentement, gardant son immortel et arrogant sourire en coin.

Arrivé à moins de dix mètres de lui, les Orcs relâchèrent leurs cris de guerre, savourant la mort de l'homme qui se dressait devant eux avant même de l'avoir tué. Et alors qu'ils levaient leurs haches et leurs épées pour l'abattre, une herse parsemée de piques taillée et aiguisés se souleva du sol amenant avec elle un épais nuage de poussière dans le même temps. Les Orcs s'empalèrent d'eux même sur le piège avant de comprendre ce qui leur arrivaient. Des giclées de sang éclaboussèrent le visage de Ragnar, et le sourire de ce dernier ne fit que s'agrandir. L'entrée du camp qui n'était pas refermée était un vicieux piège. Il dégaina ses deux lames dans un crissement d'acier lorsque l'un des Orcs souleva son visage incrédule, sa bave mélangée à son sang ornait ses défenses, il cracha une boule de sang aux pieds de Ragnar avant de perdre la tête par la main de ce dernier, un coup net et précis.

Les deux archers en hauteurs ne manquèrent pas à l'appel, ils firent pleuvoir leurs flèches sur les membres de la Horde, encochant et décochant flèche sur flèche. L'une perça la gorge d'un Sin'Dorei, une autre l'oeil de son camarade. Ragnar se vit forcé de reculer face au Tauren qui força le passage, et sous l'avertissement d'un des siens à l'arrière, il se jeta au sol, permettant au mage derrière lui de relâcher les gerbes de flammes ardentes sur l'homme-taureau qui s'embrassa sur place avant de s'éloigner en gesticulant dans tout les sens, hurlant de douleur alors qu'il brûlait vif. Le dernier Orc étant mort sur le coup du piège, il ne restait plus que les deux elfes de sang en arrière qui incantaient, leurs lèvres dansantes et leur mains entourées de runes arcaniques pourpre n'indiquaient rien de bon.

L'une des guerrière trop loin pour les atteindre envoya sa lame en guise de réponse. Filante droit comme une flèche, aiguisée comme lame de rasoir elle ne fit qu'atteindre le creux de l'épaule d'un des arcanistes, mais elle toucha juste au moment ou le mage libérait ses salves d'arcanes, pivotant sur le coté à cause du coup ce fut son voisin et allié qui réceptionna le tout. Le mélange des deux sort provoqua une violente explosion aux nuances pourpres, aussi terrifiant que magnifique, tout le monde fut abasourdit par le résultat, forcé de braquer le regard sur la constellation violacé qui prenait vie.

Mais surgit de nul part et profitant de la situation pour échapper au regards de tous, le Tauren calciné n'avait pas dit son dernier mot, comme une fureur il chargea Ragnar avec toute sa force. Violemment projeté au sol, la respiration coupé, il lâcha ses lames sur la brutalité de l'offensive. Ragnar était désarmé et coincé dans la zone d'Archéologie, le Tauren le surplombant rabattit sa large masse sur lui. Ragnar accusant encore le coup se roula sur lui-même afin de laisser le marteau s'enfoncer profondément dans le sol, soulevant la poussière ocre. Alors qu'il entendait la masse sa relever dans les airs au même rythme que la respiration bestiale et enragée du Tauren, il ouvra les yeux sur la masse à l'aspect cendré encore à moitié encastrée dans le sol.

C'était sa seule chance. Il pouvait éviter la masse deux fois de plus peut-être, mais la troisième fois elle s'enfoncerait dans son crane. Sans même savoir si l'objet en question allait partir en poussière entre ses mains ou pas, elle restait une arme et son unique espoir de survie. Frénétiquement il empoigna le manche de l'artefact et tira de toutes ses forces pour l'extraire du sol. Elle était plus lourde qu'il ne le pensait mais il eu le temps d'imposer le manche face à la nouvelle frappe. Par réflexe il en ferma dans les yeux dans l'idée ou il se briserait... Le choque fut bruyant, ses os résonnèrent, ses muscles hurlèrent... mais rien ne heurta le visage de Ragnar. L'espace d'un court instant qui lui parut une éternité, il sentit ses mains se réchauffer jusqu'à le brûler puis se fut ensuite ses avant bras, ses bras, ses épaules, son thorax. Il crut prendre feu à l'intérieur de son armure jusqu'au point ou il ne lui restait plus que ses os. Ragnar en serra les dents et hurla sous l'affliction. Tout son corps fut parcourut par un enfer de flammes, le mettant l'épreuve de la souffrance flamboyant, le calcinant. Effrayé il ouvrit subitement les yeux. La truffe du Tauren percée par un large anneau lui faisait face, ses yeux vert menaçant le fixait, ils réclamaient son sang.

Au même moment ou Ragnar eu l'idée de le repousser, le manche entre ses mains vira au rouge ardent, s'allumant tel une traînée de poudre à canon. Figé dans le temps pendant un moment, la masse finit par crépité. De longs tracés ardents commencèrent à se dessiner le long de la hampe comme des serpentins de feu ainsi que sur la tête bardée de piques. L'aspect cendré prit vie, de nombreux symboles comme des runes élémentaires se profilèrent sur la structure de l'arme jusqu'à ce que des flammes naissent autour du crâne de la masse, s'embrasant d'elle-même. Effrayé à son tour l'homme- taureau rompit le contact pour reculer ses sabots. Le guerrier ne prit pas le temps de contempler la masse, il se releva aussi tôt et resserra le manche entre ses mains lorsqu'il vu la dépouille ouverte en deux du mage. Les volutes ardentes autour de la masse ne firent que plus intense, elles prenaient vie.

Ragnar de nouveau armé chargea le dernier membre de la horde. Le combat ne fut que de courte de durée, la masse de feu fendait l'air en laissant des traînées ardentes derrière elle, le Tauren para les premiers coups avant de se faire désarmée. Il était impossible de dire si c'était l'état du guerrier, ou le fait qu'il détenait la masse entre se mains qui lui faisait perdre ses moyens. La tête bardée de piques embrasée vint ensuite meurtrir la chaire de sa jambe de l'homme taureau, les pointes chauffée traversèrent la fine couche de maille, arrachant un râle douloureux au Tauren. Ragnar pivota ensuite sur lui même, s'encerclant lui même d'un tracer de feu, il rabattit sa nouvelle arme sur l'épaule nue de son ennemi. Le craquement fut horrible, l'épaule prit une forme anormale. Il fit ensuite tournoyer la masse au dessus de sa tête, traçant un sillage de flamme pour l'envoyer sur le crane du Taureau, l'y encastrant avec force, les pique en fusion pénétrèrent sa tête, le Tauren s'effondra sous la masse comme si elle pesait des tonnes...


* * *

Prenant enfin le temps de regarder l'arme qu'il détenait entre les mains. Une masse de guerre. Un long manche ornée de gravures abstraites, parsemée de piques menaçant. Surplombé par une énorme tête bardée elle aussi de pique encore plus grande, elle portait le même genre de gravure que celui sur le manche. Elle était embrasée, enveloppée de flammes de fournaise qui ne le brûlait pas, non bien au contraire... Elles lui obéissaient. Il était le maître, le maître de Nalfein, la première arme de la série de neuf armes infusée d'un pouvoir élémentaire. La première des neuf braises.
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Nalfein   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 14:00

Ragnar Valurius, L'indomptable 1434569002-fiche-nalfein2
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Le Chevalier-Loup   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 14:02

Ragnar Valurius, L'indomptable 1427504406-chevalier-loup


Le Chevalier-Loup


Musique d'ambiance:
 

Un Loup solitaire est un jeune adulte qui a quitté la meute. Les loups solitaires sont parfois vraiment isolés mais le plus souvent, ils suivent une meute en quête d’une partenaire pour fonder un nouveau clan. En réalité, même s'il choisit l'isolement ou s'y voit contraint, le loup reste en contact avec ses semblables, grâce à certains moyens de communication. Il arrive aussi qu'un loup, rendu inconsolable par la mort de sa compagne, s'isole volontairement du clan. Il semblerait que l'exil voulu ou forcé ne se rencontre que chez les individus mâles et que les louves solitaires soient rares.

L'indomptable, de retour, avait trouvé pour cette nuit refuge aux abords d'une rivière. Dans son armure mordorée intégrale ornée de trophées et de fourrures, son regard azur accusait la mère lune argentée. On aurait presque put croire qu'il lui parlait, se confiant énigmatiquement en son clair. Non loin de lui, l'impitoyable et increvable loup, Bragg veillait attentivement autant sur lui que sur la dense forêt pleine de probants dangers. La bête ayant été témoin du déchirement de son maître, les récents et douloureux événements les avaient tout deux rapprochés, à un point extrêmement proche même. Les meutes varient entre deux et quinze loups,  Bragg semblait compatir à la douleur de Ragnar, mais n'osait pas pour autant défier son chef de meute bien qu'il avait essayé il y a de cela quelque jours. Car le but de la meute est, dans l’intérêt de chacun, de rester unis pour être plus fort.

Dans la meute, il y a une manière spéciale d’empêcher les membres d’une famille de loups de se battre entre eux. C’est ce qu’on appelle l’ordre de dominance. Chaque membre de la meute a une place, ou rang au sein de cet ordre. Lorsqu'un loup de rang supérieur a un désaccord avec un loup de rang inférieur, généralement le loup de rang inférieur cède sans se battre. Généralement...

La lune se reflétait divinement sur l'eau calme et limpide, séparant l' image de l'Homme, Ragnar, et du Loup, Bragg.  Toute sa splendeur éclatante donnait à l'ensemble un air serein, amorti et magique. Aucune réverbération ne venait entacher ce moment. Ces deux là la regardait... Réservés et paisibles, sans mot, sans grognement. Un regard azur, froid et calme, et un regard dorée, ardent et vif. Totalement opposé. Une déclaration, une promesse, un pacte, ou encore même une confidence ou un aveux. Personne le ne sut, et personne ne le saura. Il y a des secrets qui sont faits pour être révélés, et d'autres pour le rester. Celui-ci appartient au deuxième cas.

Ce n'est que lorsqu'il fit glisser le bout de ses doigts sur la balafre qui lui coupait le visage, partant du front pour couper son sourcil, épargnant l'oeil pour finir à la moitié d'une de l'une de ses joue creuses qu'il se souvenu. "Plus jamais ça". En parcourant cette cicatrice, il sonda son âme. Ses yeux se fermèrent doucement avant qu'une grande inspiration ne soulève son plastron.


* * *

Lorsque les premières gouttes tombèrent sur la forêt, Ragnar dormait déjà contre le pied d'un de ces large et élégant arbre qui commençait à se raviver à l'approche imminent du printemps, ses branches renaissantes lui offrait presque un toit. Bragg, lui, avait trouvé sanctuaire après de son maître en s'allongeant sur ses jambes en plus de lui apporter chaleur pour la nuit. Les deux s'apportait réconfort face aux épreuves qu'ils avaient endurés. Mère lune les berçait comme ses fils dans ses doux éclats. Le miroir de la rivière commença par être perturbé par la pluie qui doucement, penchait vers l'averse. Les nuages vinrent recouvrir le ciel sans cacher la Lune. Leur image fut tellement mouvementés par la le torrent qu'on aurait cru que l'homme et le loup ne faisait qu'un. C'était comme si le temps changea l'un et l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Sihiel & Amduhel   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 14:02

Ragnar Valurius, L'indomptable 1434569755-sihiel-et-amduhel
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Histoire   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 14:03

Ragnar Valurius, L'indomptable 1429537517-valknut-ragnar
Thème Historique:
 

Histoire


Chapitre 1 : L'enfant de Paysans (An 3 à l'an 21 / Naissance à 18ans)

C'est le vingtième jour du mois de juillet de l'an trois que Ragnar voit le jour dans une petite ferme non loin d'Andhoral. Dans une pauvre famille qui vie de ses récoltes, les hivers sont longs et impitoyables. Bien qu'il aide ses parents du mieux qu'il le peut, apprenant à cultiver la terre, le jeune enfant entêté ne peut se résoudre à voir sa mère et son père vivre dans une telle misère. Il décida de s'entraîner pour devenir soldat afin de rapporter de l'argent  à ses parents qu'il aime tant. Prenant d'abord exemple sur les gardes qu'il pouvait apercevoir, la vie à la ferme lui permit d'avoir bonne carrure. Il s'exerça durement dans l'optique d'être prêt, mais il fut hélas retardé par quelques histoires de coeurs qui l'écartèrent un temps de son objectif. Victime de moqueries et d'humiliation, il resta assez isolé. A l'age de dix-huit années alors qu'il s'apprêtait à enfin postuler, il voit ses terres dévastés par le Fléau et son père donner sa vie pour que lui et sa maternel y survivent.


Chapitre 2 : Le trop jeune soldat (An 21 à l'an 26 /18ans à 23ans)

Réfugié avec sa mère à Hurlevent, Ragnar s'engage rapidement dans l'armée afin de venger son père et d'apporter des fonds à sa mère dans l'optique de lui offrir tout ce qu'il peut et combler ses besoins. Combattant au nom de la vengeance et de Lordaeron, il rejoint l'Alliance pour combattre les non-morts ainsi que la Horde.

---
Mais l'armée de Hurlevent l'emmène sur bien des champs de batailles au Nord du Royaume de l'Est. Par dessus cela il surenchérit avec l'Outreterre ou il vit un véritable calvaire autant moral que physique. Lors de sa troisième permission après une période ou il resta volontairement plus longtemps sur cette planète dévastée afin de ramener davantage d'argent à sa mère, il apprend à son retour qu'elle est décédée, emportée par la maladie. Face à cette épreuve, Ragnar quitta l'armée soudainement pour disparaître.


Chapitre 3 : Le Chasseur Cendré (An 26 à l'an 32/ 23ans à 29ans)

Tombé dans la culpabilité de son absence auprès de sa mère dans ses derniers jours, il vie une descente aux enfers et s'exile à la baie du butin. Là bas, il tombe sur un tableau dédié aux chasseurs de primes et à la vu les récompenses alléchantes il décide de se lancer en solitaire en tant que Chasseur de prime. Plutôt doué dans le domaine de la tuerie il côtoya les endroits les plus infâmes et malfamés possible et gagne une petite renommée au fils des années. Lorsque l'appel pour le Norfendre retentit, son ancien et impérissable sentiment de vengeance se réveille avec lui. Il ira jusqu'à prêter main forte à l'effort de guerre au Norfendre, aidant autant l'Alliance contre la Horde, que la Croisade d'Argent contre le Fléau.
---
Dans ses combats aux cotés de la Croisade d'Argent,  Il combatta à Zul'Drak, ce qui amena Ragnar à les suivre jusqu'à la désolation des dragons où il s'en éloigna pour participer à la bataille d'Angrathar, Portail du courroux, aux côtés de l'Alliance. Bataille qui se termina par la trahison de Putrescin et de ses apothicaires. Il survit par miracle et après quoi, il se résoudra a agir à échelle moindre se contentant de petites frappes éclairs.
---
Une fois le grand cataclysme arrivé, il forme un petit groupe d'élite avec des compagnons rencontrés en Norfendre pour se spécialiser dans la chasse de dragon afin, non seulement de gagner de l'argent mais de participer à l'éradication de la menace. Ses succès lui vaudront le titre de Chasseur Cendré et la rumeur comme quoi il aurait dompté un Proto-drake se répand. Mais il se verra trahir voyant sa compagne le trompé avec un membre de son groupe, il appliqua une sanglante vengeance qui fera éclater le groupe en plus de faire couler le sang.


Chapitre 4 : L'indomptable (An 32 à actuellement / 29ans à actuellement)

Dans l'incapacité de se rétablir de la trahison qu'il à subit, Ragnar décide de s'engager en première ligne dans les forces de l'Alliance à la vu bataille qui l'oppose à la Horde en Pandarie. Affecter au Brûle-ciel, la légendaire canonnière qui combattu Aile-de-Mort, Ragnar se fait blesser au combat avant de chuter en pleine mer inconnu. Il sera ensuite repêché sur le rivage de la forêt de jade, par un Pandaren nommé Nira'Mu. Là bas, il apprend à se remettre de ses blessures autant physique que psychologique et dans cette apprentissage, on lui enseigne l'art de manier le sabre. Nira'Mu fait de lui un Homme nouveau en plus d'un guerrier d'honneur et d'éthique.
---
De retour en Azeroth, il apprend que Garrosh Hurlenfer s'apprête à défier le monde entier avec sa "Véritable Horde" armé d'une monstruosité venue tout droit des ténèbres de Pandarie. Il décide alors de reformer son groupe de chasseurs de dragons, où du moins ce qu'il en reste afin d'aider au Siège d'Ogrimmar avec la Rebellion Sombrelance, l'Alliance ainsi que de nombreux autres groupes mecenaires et combattant en tout genre. Seulement, bien que son groupe abbat nombre de proto-drake gueule de dragon, le groupe entier perd la vie durant la bataille, sous les yeux de son chef et unique survivant: Ragnar. C'est la qu'il y fera la rencontre de Bragg. Il rebroussera chemin à l'entrée du gouffre de Ragefeu pour s'exiler, une fois de plus.
---
Les enseignement du Pandaren Nira'Mu furent vite perdu, Ragnar ne parvint pas à lutter longtemps contre lui-même et son passé. Exilé et meurtrit, sous les conseil d'un de ses amis il rejoint  la Croisade d'Argent sous le commandement d'Ithael DanseLumière, dans la Fraternité d'Argent. Cependant le guerrier n'y trouvera jamais sa place et décide alors qu'ils sont en pleine campagne en Draenor, de déserter. Ce n'est que quelques mois plus tard qu'il revient à Hurlevent, rapatrié par l'Alliance. Il semblerait que personne ne sait ce qu'il s'est passé pendant son séjour en solitaire à Draenor...
---


Croyances
Ragnar Valurius, L'indomptable 1429543906-titans
Bien qu'au départ Ragnar avait ses croyances placés en la Sainte Lumière, avec le temps et son véçu, Ragnar déporta sa foi vers les Titans du Panthéon. Les considérant comme ses dieux (voir les seuls vrais dieux) les créateurs de toute chose. Aman'Thul le Haut-Père, Aggramar le Vengeur, Khaz'Goroth l'Architecte et Forgeron du Monde, Goldanneth le Tonneur, Eonar la Lieuse-de-vie, ainsi que Norgannon le Tisseur de Magie et Sargeras, le traitre.

Sans oublier leur gardiens: Aman, Auriaya, Thorim, Freya, Hodir, Ironaya, Jotun, Loken, Myzrael, Mimiron, Ra den, Tyr, la dame de peine, la Damoiselle de Vertu, Algalon, Norushen en sont des exemples au même titre que les aspects draconique. On peut consdièrer, sur une des soit disante rumeur qu'il a fait un affront aux titans en domptant un proto-drake, les ancètres des dragons actuels. Et ce bien qu'il considérait les aiders en assassinant les dragons corrompu ou nocif à toute vie lors du cataclysme.
Chiffre fétiche: 1, 2, 4, 6, 13, 24, 42 et 46



Dernière édition par Ragnar Valurius le Ven 3 Juil - 14:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Galarak   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 14:03

Ragnar Valurius, L'indomptable 1434569200-fiche-galakras
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Indomptable Sacrifice   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 14:06

L'indomptable Sacrifice


Ragnar Valurius, L'indomptable 1432725153-ragnar-et-raxos-retape

Indomptable Sacrifice



[i]C'était lorsque Ragnar avait disparu.Après les derniers événements fort troublant du caveau, Raxos prit un peu de recula vis à vis de tout ce qui l'entourait. Les temps changeaient, et il avait du mal à changer avec eux. Résolu a parler avec Loraliel, une marcheuse d'espoir avec qui il à tisser de fort liens face aux Moissonneurs,  il se mit en route pour la Marche de l'ouest afin de se rendre au repaire secret des Marcheurs de la région dans les montagnes. Seulement, quelque chose le perturbait, sa gemme de communication qui lui permettait de garder un contact permanent avec les siens n'émettait plus aucune réponse à ses appels. Dans un premier temps il cru quand c'était les sarcophages arcaniques qui émettait des interférences ou alors que sa gemme était arrivée en fin de vie.  Mais alors qui ouvra le passage pour descendre au QG, le fait de voir toute les torches éteinte indiquait quelque chose de bien pire. S'aventurant dans les longs escaliers descendant, il sentit le courant d'air glaciale le traversé. Tout était sombre et froid, comme si la lumière avait abandonnée ces lieux. Une fois arrivé au sas d'accueil, personne ne vint lui faire un signe de vie, a vrais dire, personne ne vint tout courts. Le paladin se mit sur ses gardes, une évacuation d'urgence peut-être ?  Il s'aventura à travers les salle et les couloirs plongés dans les pénombres tous aussi vide les uns que les autres. Ce n'était pas normal. Il finit par s'arrêter la porte de la grande salle, la ou résidait les sarcophages ainsi que les plus haut-marcheurs, comme Iselith au Loraliel. La surprise en tâchant d'ouvrir la porte fut qu'elle était fermée et solidement, ce qui n'avait jamais été le cas par le passé. Raxos tenta d'enfoncer la porte avec son épaule, mais il s'y écrasa lamentablement en réprimant un soupir de douleur. Il se résigna à faire usage de sa lame pour massacrer la porte, ce qui lui prit beaucoup de temps, et lorsqu'elle céda, la salle ne révélait que le néant dans sa pénombre. Le 13ème Marcheur usa de son briquet pour allumer une torche murale.

Musique partie 1:
 

Ragnar Valurius, L'indomptable 1432725211-raxos-1-retape

Il dévoila le massacre. Les corps entassés de ses frères et soeurs. Massacrés, leur blanc avait viré au rouge, maculé de sang. Sauvagement meurtri à coup de lame tranchante. les uns sur les autres comme des marionnette désarticulées dépourvues de maître. Certains avaient encore leur armes à la main, démontrant qu'ils avaient combattu jusqu'à la fin. D'autres affichaient des blessures plus grave, le thorax ouvert de l'intérieur, les cotes ressortaient macabrement. C'était un véritable abattoir. Les quatre piédestaux qui soutenaient les sarcophages arcaniques contenant les artefact durement récoltés étaient en ruines et les dit sarcophages avaient disparus. Les Moissonneurs les avaient trouvés...

Mivaiah fut lâchée, retombant sans résonance au sol, lourdement. Le paladin s'avança à travers la salle jonché de corps, tremblant. En haut des marches un corps svelte était étendu, empalé par une noble épée aux courbes elfiques. Raxos s'y avançait avec crainte ses mains se soulevèrent vers le corps, les doigts tremblant comme si il essayait de se convaincre que ce n'était pas ce qu'il pensait, refusant de croire son unique oeil. Mais lorsqu'il arriva jusqu'au corps, il s'effondra. Ses genoux lâchèrent et ses mains, n'osaient bouger, n'osaient toucher la dépouille... La visière vibrante fixant le visage de la Quel'dorei, taché de sang, ses yeux en amandes étaient clos. Et dans ce qui lui paru un murmure, il hurla gravement de tout ses forces.


"Loralieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeel !"

Il décrocha la lame de son abdomen pour la prendre dans ses bras, la serrant de toutes ses forces contre lui. Son corps se mit à convulser. Son heaume qui masquait son visage n'était plus une barrière, les râles de ses sanglots perçaient à travers. Sa main gantée se glissa sur son visage pour le caresser, dans le vain espoir d'une réaction. Il l'appela, priant pour qu'elle se réveille. Il ne cessa de l'appeler...

"Non, pas toi... Non... Non... Ne me laisse pas, j'ai besoin de toi, tu n'a pas le droit de partir. Tu ne te souviens tout ce qu'on s'était dit ? Ce qu'on ferait une fois tout ceci terminé ? Hum ? La foire Sombrelune ? Les balades ? Tu doit être la marraine de mon enfant, comment vas t-il faire sans toi ? Comme je vais faire sans toi ? Non... Non ! réveille toi je t'en prie..."

Le heaume du paladin s'inclina doucement pour que derrière, il éclate en pleur, hurlant d'agonie dans sa détresse. "Nooooooooon ! Vous m'en avez encore prit une ! Pourquoi ! Pourquoi encore !? Nooooooooooooooooon !"

Si silence vint se déposer de longues minutes, Raxos regardait le corps inanimé de Loraliel. Mais de lourd pas, comme des soleret de plaque vint briser le silence. Il s'avança de quelques pas. Raxos le reconnu, mais ne bougea point sachant que ce n'était pas son genre d'attaque ainsi. <<Nalentahl>> Les deux s'était déjà affrontés jadis. Et nul doute que massacre qui les entouraient avait été provoquer par sa lame. Comme à son habitude, il vint parler au paladin de sa douce et à la grave voix éthérée.

Ragnar Valurius, L'indomptable 1432725722-nalenthal-1retape

-Ce n'est pas nous qui sommes tes ennemis. Ce monde, ces gens, ces personnes que tu défend corps et âme les créer eux-même. Comme ton ami. Soigneusement abandonné et délaissé. Pourquoi ? Car il avait montré sa véritable faiblesse. Car il n'avais pas de titre. Il a été utilisé tel un tremplin. Un objet consommé puis jeté à la poubelle comme parmi tant d'autre. Pressé jusqu'à l'assécher de tout ce qu'il était, brisé. Un consommable. Est-ce nous qui l'avons blessé ainsi ? Non. Nous n'avons même pas eu à lever le petit doigt pour qu'il tombe. Les siens l'on oublié. Voila ce que vous êtes, promesse et paroles en l'air. Des usurpateurs, menteurs n'agissant que pour vous-même. Viciés jusqu'à la moelle... Tu défend un monde déjà corrompu de l'intérieur, du défend ton propre ennemi.

Le 13ème Marcheur d'espoir se retourna de moitié vers lui, gardant précieusement Loraliel dans ses bras, voulant la protéger de lui.

-Toi aussi, tu as déjà été utilisé et remplacé. A toi aussi on t'a promis monts et merveilles. Tu ne peux que comprendre tout ces personnes qui se réfugient avec nous. Tu as tout donné pour finalement être laisser seul, dans le noir. Spectateur de ton horrible remplacement car tu ne remplissait pas certaines fonctions et le pire... c'est qu'on ta fait porter la faute. Ce monde se détruit tout seul, vous vous détruisez entre vous. C'est écrits dans vos gênes.

Raxos l'avisait de sa visière resserrant son étreinte le corps de la Quel'Doreil comme si elle était la seule chose à quoi il pouvait se raccrocher

-Regarde toi, tu es seul, tu a été trahi et tu es rejeter. Ne te l'avions pas dit ? Et cela ne s'applique pas qu'a toi, au grand dam de ce monde que tu chéri tant. Ton ami, l'est aussi. On lui a voler ses rêves et le futur auquel il rêvait tant pour les donner à un autre. Pourquoi tu bat-tu ? Regarde la véritable face de ce monde. Tout les jours, il fait de nouvelles victimes, de nouveaux morts, chaque jour, l'un vol à l'autre, l'un détruit l'autre, chaque jour des promesses sont brisés, des gens bien avisée se font trahir et délaissé dans le noir. Chaque jour, l'un frappe l'autre au plus profond de son âme et de son coeur, en se réconfortant d'excuses pathétique.


Puis le maître-paladin relâcha doucement le corps pour le déposer au sol, contemplant son visage un dernière fois, il se releva en empoignant Mivaiah. Ses inscriptions s'illuminèrent d'un puissant azur, seul phare dans ces ténèbres.

Ragnar Valurius, L'indomptable 1432725359-raxos-rises-retape

-Tu me l'a prise... Vous ne cessez de moissonner des vies... Même si tu aurais raison, je ne peux te pardonner... Je ne céderais pas tes vices. Tu essaie de prouver que le monde est aussi pourri que toi ? Qu'il n'y a nul espoir dans ce monde ? J'ai juré d'abolir les êtres dans ton genre. Et si dans l'absolue, tu as raison, alors cela ne sera pas vindicte, cela ne sera pas justice... Mais cela... sera VENGEANCE !

-Va-tu enfin faire ce qui est nécessaire héritier ? Va-tu enfin devenir qui il faut ?

Musique partie 2:
 

Orientant la pointe de sa lame en avant, Raxos chargea sans somation en hurlant. Les foulés de sa charge frappèrent durement le sol. Nalentahl apporta sa main de plaque animée pour dégainer à son tour, imposant sa lame à Mivaiah, la déviant de sa trajectoire. Raxos la rabattit voulant le découper en deux, elle fut une nouvelle fois contrée, de son autre main.

Les deux acier glissant l'un sur l'autre,  aucun des deux n'en démordait, chaque coup offensif était contré dans des éclats d'étincelles d'ombre et de lumière. Raxos enchaînait les pas vers l'avant, tenant Mivaiah de ses deux mains, la lame contrait les assauts de Nalenthal, le maître des ombres, sans faille, rapide, précis, habile, aucuns coups ne parvenu jusqu'à l'armure du Paladin. Verticalement, horizontalement, transversalement chaque lame était contré aux fil de l'autre. Mivaiah fendait l'air, son acier qui sifflait et résonnait à travers ses mouvements en disait long sur les réels vertus de cette dernière. Nalenthal comprit très vite qu'il fallait absolument qu'il évite tout contact direct avec celle-ci.

Plus le combat prenait en rapidité, plus les failles se révélaient, finalement, chaque maître commencèrent à sentir l'acier de l'autre. Raxos se fit toucher à l'épaule, à la jambe, au bras puis l'avant bras et finit par réceptionner un coup à travers le heaume, le fissurant lui ainsi que la visière azur. Tandis que le Moissonneur lui sentit la lame infusée de lumière l'atteindre au thorax, aux avant bras, ainsi que sur les flancs.

Lentement mais sûrement, les deux maîtres se fatiguaient.... Le maître-paladin maculé de sang luttait tant bien que mal jusqu'à ce que la sinistre lame finit par atteindre son flanc, et dans un geste rapide et net, le mutila gravement dans un gisement de sang qui fit ricaner son ennemi. Voûté, Nalentahl en profita et attrapa la gorge de Raxos pour le soulever pour brusquement, d'un nouveau coup de lame, l'acier de la lame, aiguisée et aigüe, telle la lame préparée à moissonner la vie vint déchirer le tabard bleu ciel du Paladin, passant à travers, la pointe enfonça l'acier de l'armure. Traversa la côte de maille, puis le cuir renforcé, ignorant le tissu. Pénétra la chaire, s'enfonçant dans le corps du 13ème Marcheur si profondément que l'acier ressorti par l'autre côté, recouverte de sang. Les sombres puissances s'infiltrant dans l'armure du paladin ainsi que dans son corps sifflaient sinistrement.
Empalé au niveau de l'abdomen, lâchant un râle de douleur alors que le sang se répandit in extremis sur le tabard de la main d'argent. Nalentahl, vicieux, tourna son poignet, la lame suivant le geste pour faire subir le martyr au paladin.


-Le lent poignard, le poignard qui prend son temps. Le poignard qui patiente des années sans oublier. Qui tout doucement se fraye un chemin entre les os, c’est ça le poignard qui déchire le plus.

Le sang envahissait la bouche du 13ème marcheur d'espoir, lui faisant de nouveau sentir ce gout... Alors qu'il sentait les forces de Nalenthal se faufiler à travers lui tel un serpent, vint inopinément envoyer sa lame dans le thorax de ce dernier, l'empalant à son tour. L'acier siffla, strident.

-Je crois que ton poignard a été trop lent.

Ragnar Valurius, L'indomptable 1432725384-raxos-blesse-retape

Le maître des ombres ne put que relâcher Raxos. Ce dernier, sans sa lame et gravement blessé... se mit à l'attaquer à main nue, envoyant son poing recouvert de plaque droit dans la capuche en se relevant, le corps de Nalenthal en pivota légèrement. Puis vint ensuite une gauche pour lui r'axer la tête correctement. Il tourna ensuite sur lui-même pour élancer violemment son avant-bras dans son crane. Le Maître des ombres recula, Raxos l'agrippa par le devant son armure avant qu'il ne soit trop loin et l'amena d'un geste brusque à lui pour le réceptionner avec un violent coup de heaume en plein crane. Sous le choque le heaume déjà gravement endommagé en fut que davantage amocher, des bouts d'acier volèrent dans les airs au contact dans un bruit de fracas. Le maître des ombres, humilié, tenta de se remettre de cet enchaînement mais il n'en eu pas le temps que le paladin l'agrippa de nouveau par les épaules et lui encastra son genoux dans les côtes. Puis Raxos joignit ses deux mains l'une dans l'autre pendant qu'il se plia sous le dernier coup pour frapper violemment avec ses poings liés sur le dos, un bruit de brisement d'os se fit entendre.

Raxos le releva ensuite le bout de sa botte pour aller l'encastrer dans la face de Nalenthal qui se releva immédiatement dans un nouveau bruit de craquement suivit un râle sinistre. Le paladin arma son bras droit pour le détendre, envoyant  une nouvelle fois son poing violemment dans sa face encapuchonnée, on aurait cru que son crane pivota en premier avant que tout son corps suive.

Le paladin tourna ensuite sur lui même dans son élan et tendit ensuite sa main vers sa lame pour que cette dernière reviennent entre ses doigts, il prit le manche enroulé de cuir noir fermement, la lame se recouvra d'une aura jaune intense et la rabattit à l'opposé de Nalenthal pour prendre de l'élan, Mivaiah dessina un arc flou de lumière jaunâtre. Raxos prêt à en finir rabattu ensuite sa lame dans l'autre sens en direction du thorax dans l'optique de le découpé en deux. Mais il fut propulser au sol part un violent sort d'ombre qu'avait faire naître le Maître des ombres. A l'image opposé de Raxos, une sphère d'ombre pur qu'il explosa contre son thorax à lui.

Le corps retomba au sol, il y rebondit deux fois avant d'en devenir immobile. Maculé de sang,  le saphir éclatant était devenu rubis sanglotant. Il brillait plus d'espoir, il pleurait le désespoir. Ses sanglots se répandant tout autour de lui pour l'y noyer. La visière azur, brisée, déformée, se déporta sur Mivaiah. Ses inscriptions faiblissaient, à l'image de l'espoir vacillant. La main gantée aux doigts froid et tremblant se tendit vers elle, dans un vain espoir de l'attraper. Elle était si proche de lui. Si proche qu'il crut qu'il la tenait. Croyait que ce n'était pas finit, qu'il y avait encore une chance, que l'on lui donnait encore une chance. Cela le fit revivre un moment, porté par cette idée. Mais ses doigts se refermèrent dans le vide, n'attrapant que le néant, une illusion de la vie. Désespoir. Espoir échappé, glissé entre ses doigts, perdu. C'était finit. Il regardait à travers cette froide fenêtre l'espoir si proche, mais incessible. Il avait réussi à l'avoir, à être intime avec elle. Il l'aimait comme au premier jour, voulait construire l'avenir avec elle, et détruire tout ce qui pourrait les menacer avec sa force. Mais il avait échoué. Il n'avait pas été à la hauteur. Son regard implorait le pardon. La lame sinistre s'arma de nouveau au dessus de son corps que l'espoir quittait. Puis... vint se rabattre inexorablement, jugement final qui vint abolir les derniers lambeau d'espoir muté en désespoir.


Seul, dans le noir, à compter ses défauts. Au fin fond du couloir accroché à un atome d'espoir. Il demande pardon pour tout ses péchés.

La lame se fracassa violemment, si forte qu'elle s'arrêta net. Contrairement au premier coup, Nalenthal sentit le coup résonner à travers ses bras. L'espace d'un moment, il cru qu'il avait frapper une partie d'armure trop solide, mais soudainement son arme fut renvoyée dans les airs. Il n'aperçut qu'une masse difforme, enflammée, venir se fracasser sur son crane avant d'aller s'encastrer dans le mur.

Musique partie 3:
 

Inexorable ne rime pas avec
indomptable. L'acier enflammé revint à la charge pour frapper le corps du maîtres des ombres à plusieurs reprises, frénétiquement dans une volonté de destruction sans équivoque. Il était même perceptible d'entendre quelques os se briser sous les coups, accompagné de râle de colère, de rage.

-Toi !

-Ouais ! Moi !

Ragnar le décrocha du mur et abattit sa masse flamboyante de ses deux mains pour l'encastrer dans son thorax, l'enfonçant au sol. Masse flamboyante qu'il lâcha ensuite pour qu'elle reprennent son aspect cendré. Habile calcule du guerrier, seul le porteur peut la soulever aisément. Pour toute autre personne, cela était plus que difficile. La posant ainsi sur son torse, il était bloqué par un poids. Sans plus attendre, Ragnar agrippa le tabard ensanglanté pour tirer le paladin inanimé du sol. Passa son bras par dessus son épaule et l'emporter avec lui vers la sortie. Regardant brièvement Ragnar, Raxos aperçut qu'il revêtait l'armure qu'il avait remise à jour, brune ornée de fourrure et de trophée.

-Ce soir n'est pas, le soir. Raxos.

Le corps de Raxos laissait une traînée sanglante derrière lui, traîné par Ragnar, il était inanimé, fatalement blessé, sa tête basculait en avant et son corps ne répondait plus.

-Aller !  La voix du guerrier était paniqué et sensible, grave.

-Nio....bé...

-Elle t'attend !

-An...ke...

-Je t'amène la voir !

Ragnar supportait le Paladin à travers les escaliers. Des morceaux du plafond commençaient à se décrocher pour retomber sur eux, se fracassant sur les armures. L'explosion du Maître des ombres avait probablement fait trop de dommage aux fondations, le repaire secret menaçait de s'écrouler. Le guerrier agrippa le paladin pour le sortir de la, chutant parfois, il le relevait frénétiquement comme si il était sa propre vie.

-Protége... Les... Loraliel... N'...non...  J'ai... faillit..... Ragnar... J'ai... Perdu...

-Dis pas d'conneries...

-Pourquoi... est-tu revenu...

-Pourquoi ? Tu es bien venu me chercher à Gorgrond, tu t'es bien battu pour moi.

-Mais... Nalenthal... il a... raison...

-Et alors ? Qu'il ai raison ou pas, au final, on s'en tape. On ne se bat pas par peur ou par haine, ça serait une guerre sans fin ! Affronter ses peurs, affronter ses haines, trouver la paix intérieur pour la partager avec le monde qui nous entoure. C'est la ! Et ils valent certainement la peine de se battre ! Alors au diable ses conneries ! Savoir attendre, goûter à ce plein bonheur que l'on ma donné comme par erreur, tant que je ne l'attendait plus. Je me suis vu y croire pour tromper la peur du vide ancrée comme ces putains de rides qui ternissent ces miroirs... Vouloir jusqu'au bout et rester malgré tout.

-Ragnar...

-Donner sans reprendre... En silence et sans murmures.

Ragnar se dirigea vers un renfoncement, et il se jeta avec Raxos dans l'ascenseur à contre-poids, dégaina son pistolet et tira sur l'une des cordes pour la rompre. L'ascenseur se mit à monter à une vitesse folle. Le guerrier attrapa Raxos par les épaules, axant sa visière dans la sienne.

-Comme Edinne ! Tu sais ce que dit la lettre qu'elle ma laissé avant de s'en aller ? Qu'elle m'aime d'un amour solide et irréprochable ! Elle ne veux pas que je la retrouve, convaincue qu'elle ne peut pas être avec moi. Mais que si la lumière le veux... elle me retrouvera... J'ai confiance en cette connasse de lumière, alors autant faire en sorte qu'Edinne me retrouve en pleine forme, sourire au lèvre, vainqueur... INDOMTABLE !

-"L'élément qu'il me manquait..." Il faut parfois se perdre... Pour mieux se retrouver...

-Ouais... Alors bordel relève toi et aide moi, j'y ai laissé ma masse pour ta jolie petite gueule.

L'ascenseur arriva à destination, fracassant la butée, il envoya les deux hommes voler à l'extérieur, il roulèrent quelques mètres, se retrouvant dans une terre boueuses parsemée de rocher, le sommet de la montagne. Un torrent de pluie s'abattait sur la Marche de L'ouest. Ragnar se releva et tendit Mivaiah qu'il avait eu le temps de récupéré à son propriétaire. Raxos l'empoigna pour permettre au guerrier de dégainer son égide ainsi sa lame, serrant fermement le manche.

Le paladin peina à se relever, ses blessures étaient multiples et graves, mais il devait se battre. Les deux amis étaient assiégés par des sectateurs qui jaillissaient de tous les côtés. Un véritable guet-apens. Bien que différent de l'autre faucheur et visiblement moins puissant, il semblait cependant tout aussi calculateur. Ayant amené tout une troupe de fanatique avec lui, démoniste, prêtre d'ombre, ou combattant. Ils étaient en nombre supérieur.


Ragnar Valurius, L'indomptable 1432725439-ragnarbattle-retape

Décidé, le guerrier Thelranien réceptionna l'un de ces combattants d'un coup de bouclier pour l'envoyer au sol et l'abattre d'un coup la lame rapide et précis, faisant jaillir le sang de la gorge ce dernier. Pendant ce temps là, le paladin s'était relever avec l'aide de sa lame. Blessé mais pas abattu il fit tournoyer Mivaiah sous la pluie battant pour l'envoyer à la rencontre du bâton de l'un des démonistes qui le croyait trop affaiblit. Ragnar contrait bien les coups avec son égide. Les lames et flèches étaient chose commune pour lui, mais les trait d'ombre... beaucoup moins. Il en tint un, puis deux, puis trois... Mais le quatrième le désarma violemment, faisant s'envoler le bouclier au loin. Alors que le démoniste se préparait à lancer le cinquième trait, Raxos claqua des doigts de sa main libre pour en faire naître une sphère en son creux et l'envoya droit sur le démoniste. Cette dernière explosant au contact de l'épaule de l'adepte d'art occulte, elle l'envoya au sol en le mutilant sévèrement, l'empêchant d'atteindre Ragnar.

Musique partie 4:
 


Le paladin dans son armure de plaque d'argent et d'or, tachée de son sang, bougeait comme si il n'avait que du tissu sur lui, ignorant ses blessures, elles semblaient ne plus exister. Sa lame sifflait dans l'air pour aller frapper chaque point faible des armures des sectateurs. Il fit tournoyer sa lame horizontalement en jouant de son poignet, claqua des doigt de son autre main pour matérialiser une  sphère de lumière en son creux et tendit celle-ci à paume ouverte vers l'un de ces combattant en sinistre armure intégrale, un rayon se matérialisa et partit en direction de ce dernier pour le traverser de part en part. Le paladin reprit ensuite de nouveau sa lame à deux mains pour l'envoyer vers le second qui le chargeait, encastrant la lame dans son corps de moité, traversant l'armure sans difficultés. Il se dressait tel un gardien que rien ne pouvait stopper, guider par sa dévotion, accompagner par la lumière. Ragnar n'avait nul autre choix que de le regarder se dresser face aux vagues sans aucunes failles.

Un de ces démonistes en armure plus légère se faufila dans le dos de Raxos, Le guerrier voulu hurler pour le prévenir mais le paladin renvoya son coude en arrière pour percuter la mâchoire de l'homme, recrachant quelques dents sans un giclée de sang. La lame vint ensuite traverser son visage sans qu'il de s'en rend compte, puis sa pointe vint perforé ses poumons, faisant crisser l'acier du plastron, la lame ressortit en silence.

Cette comme si la lumière elle-même guidait ses gestes, il dansait souplement, fluide malgré les blessures et même si son sang se répandait tout autour de lui. L'élite de l'alliance portait bien son nom: Paladin. Il refusait la défaite, refusait de mourir. Le sang chaud de ses ennemis se mélangeait au siens et recouvrait son armure, éclaboussant son heaume, maculant son tabard. Un ange de la mort porté par sa foi et sa ténacité, ne parlant que via ses gestes. Alors qu'il trancha la gorge du dernier adepte des moissonneur de la charge en le laissant retomber dans une fontaine de sang, il axa lentement sa visière fracturée rayonnante d'un bleu pulse vers les derniers qui restaient. Il respirait fortement, son buste se soulevant rapidement, il tenait sa lame "Mivaiah" fermement d'une main, les inscriptions bleus gravées en son centre brillaient elles aussi d'une intense lumière à travers le sang qui la recouvrait. Il les défiait en s'exposant ainsi, debout tel un rempart surplombant les cadavres de leur frères. En réalité, même Raxos n'était plus maître de lui-même, dévoré par sa haine et sa propre vindicte, Le paladin avait franchit la fragile barrière... La guerre, le combat et la tuerie était ce qui le rendait vivant, fixant la mort bien face. S'imposant à l'image de son maître sans s'en rendre compte il avait prit le même chemin dangereux entre justicier et vengeur déformé. Alors que les fanatiques commencèrent à reculer, peut enclin à finir comme la première charge, Raxos apporta sa deuxième main au cuir du manche de sa lame. Confiant comme si il était le maître des lieux. Défiant la mort elle-même, accompagné d'une lumière vindictatrice et aggressive.

Ragnar quant à lui venait de finir ses assaillants, contrant une hache envoyer en sa direction de son gantelet, il assena un coup de botte des plus brutal au nouveau fanatique combattant. Le coup le projeta trop loin, il tomba de la montagne pour la dévaler, sa nuque se brisant sur la tranche d'un rocher.


-Ragnar, Ils sont trop nombreux et nous n'avons aucun repli. Tu as peut-être refusé la corruption mais la mort risque de nous être imposée...

-Merci ! j'ai remarquer qu'on avait du monde au balcon ! Tu étais plus vaillant en Draenor !

-J'vais les retenir, casse toi Ragnar !

-Te fout pas d'ma gueule, j'ai fracassé ton pote d'en bas, j'vais pas te laisser crever avec ceux d'en haut !

-Alors trouve une idée !

-Mh...

Au sommet de la montagne, Ragnar attrapa le cor de bataille situé à sa ceinture entre ses mains et le regarda un moment.

-"Tu finira tout seul" On va voir ça... Fils de pute...

L'indomptable décrocha son heaume et apporta le cor à ses lèves en prenant la plus grande inspiration qu'il pouvait, son armure se souleva sous l'inspiration de ses poumons. Mais alors qu'il voulait souffler de toutes ses forces, un trait d'ombre le percuta violemment pour faire retomber au sol, envoyant le cor au loin.

Musique Partie 5:
 

Ragnar Valurius, L'indomptable 1432725493-ragnarfall-retape


Ragnar voyait flou, totalement déstabilisé par la frappe que son armure venait d'encaisser, il agitait vaguement les bras dans le vide vers le ciel jusqu'à ce que Raxos vient en saisir un pour le relever.

-C'est pas finit...

Les deux amis se mirent dos à dos, encerclé par la horde de fanatiques qui les menaçait avec leurs incantations de sort ou leur armes. Raxos commençait à accuser ses blessures, il avait perdu trop de sang.

-Tu es sûr de toi ? Demanda Ragnar à Raxos, voyant la situation leur étant peu favorable.

-Ait confiance.Répondit Raxos en écrasant son poing sur la gemme qui rayonnait au centre de sa ceinture

-Comique quand tu t'y met... protesta le guerrier, secouant la tête

Raxos regardait les restes de sa gemmes brisée qui ne se comportaient pas normalement, ne rayonnant pas de la façon habituelle. Sa balise de détresse semblait dysfonctionné.

-Je le crains, oui... rétorqua t-il, d'un air navré.

Encerclé par leurs ennemis, Le paladin et le Guerrier se défendirent comme des diables. Ragnar attrapa la hache à sa ceinture pour parer les coups qui lui était adressés pour ensuite venir trancher les gorges, entailler les corps, ou sectionner un bras. Raxos quant à lui faisait siffler Mivaiah tel le jugement dernier, inexorable et impitoyable, elle ne faiblissait pas. Contrant les lames dans des crissement d'acier, elle filait aussi tôt pour venir porter un coup fatal. Les flèches envoyés ricochaient sur les armures, ou s'y encastraient que trop légèrement dans le prie des cas. Alors qu'un autre démoniste incantait un nouveau trait, mais du chaos cette fois ci, l'énergie gangrenée naissante dans les mains, Ragnar s'empressa d'aller prendre l'un des triples canon du paladin pour le viser. Canon crachèrent par trois fois, et le crane explosa en trois temps simultané, des morceau volant par ci et là dans une gerbe de sang et de cervelle.

Ils se battaient tout deux, encerclé, faisant pleuvoir leurs plus beaux coups, jugements se heurtant sur les les corps, lame de hache les découpant, marteaux du courroux les pulvérisant, balle les transperçant, Mivaiah les condamnant, la hache les brutalisant. A eux deux, il constituaient un véritable défi insurmontable de conviction et de vigueur. Refusant la corruption, refusant de se plier aux sirènes réelles mais déformés. Ni l'un, ni l'autre acceptaient de céder à ce qui les avaient fait. Fils d'artisans ou de paysans, ils tenaient à démontrer qu'on ne les auraient pas aussi facilement, il se battaient pour eux, fixant la mort bien en face, ne les rendant que d'autant plus vivants. Ils n'étaient plus question d'espoir, il était question d'eux. Dans le chaos auxquelles le paladin et de guerrier faisaient face, ils avaient un soutient, l'ami dans leur dos. L'espace d'un moment, les deux se cruent retournés des années en arrière, lorsqu'ils étaient chasseurs de primes, contraints à se battre ensembles malgré la position totalement opposée. La peur, la peur de mourir, voila le moteur qui les faisaient bouger plus rapidement qu'ils ne le pouvaient, combattre plus longtemps qu'ils ne le pouvaient. Ils avaient encore tant à faire, tant à découvrir, et quelque part, quelqu'un attendait leur retour, il ne pouvait pas revenir en disant "j'ai céder", alors ils faisaient parler leur armes. Leurs bras tremblaient après chaque coup, le sang s'échouait sur leur plaque, les entailles et balafres furent de plus en plus nombreuses.

Bien que les corps s'entassaient les uns après les autres, leur nombre de réduisaient pas. Raxos finit par apercevoir une échappatoire après avoir repoussé au fil de sa lame un combattant qui bondissait sur lui. Il hurla à Ragnar de le suivre à travers un escarpement, et c'est ce qu'il fut, récupérant son cor, son bouclier et sa lame en chemin afin de repousser les assaillants enragés. Une fois engagés dans ce chemin, Raxos décrocha l'une des sphères métallique à sa ceinture et la laissa rebondir derrière eux. Il plaqua Ragnar au sol en se jetant sur lui. Un explosion sourde retentit, le sol se mit à trembler puis à s'effriter, des morceaux de pierre se décrochèrent pour finir en éboulement massacrant ceux derrière en plus de leur bloquer le passage. Le paladin releva le Guerrier en peinant, à bout de force il  l'incita à continuer l'ascension. L'éboulement n'allait pas être que de leur côté, si ils ne se dépêchaient pas, eux aussi subiraient le même sort que leur ennemis, éclatés sous les rochers.

Le chemin escarpé était long, et Raxos sur le déclin. Ragnar vint le supporter de nouveau, inquiet de l'importante traînée de sang qu'il laissait derrière lui. Il n'en n'avait plus pour longtemps si il restait ainsi et derrière la horde fanatiques n'attendait que de les massacrer sauvagement. Le paladin tournait de l'oeil et peinait de plus en plus à s'avancer, même avec l'aide son ami. Le chemin était étroit et sinueux, difficile d'accès et de passage. Autrement dit, ils étaient dans la pire situation de merde possible. Ragnar commençait à s'essouffler à force de porter le paladin en armure. Plus ils s'avançaient, plus l'air était froid et glaciale. Mais son souffle se coupa lorsque des volutes de grains sombres, tel des cendres ténébreuses se matérialisèrent dans son dos pour prendre forme, juste en face d'eux.


-Votre course s'arrête ici... Sa capuche semblait avisé Ragnar Surprenant, tu es... Guerrier. Ne ressent-tu pas cette douleur, au plus profond de toi ? Pourquoi t'y abandonner ? Tu n'est pas destiné à faire ce sacrifice de toi-même, tu n'as pas à subir cette douleur, personne n'a à la subir.

Ragnar dégaina son pistolet pour faire feu sans réfléchir sur Nalenthal, hurlant << Toi par contre tu va la subir la douleur !>>

Les balles s'échouèrent sur le sombre voile du maître des ombres, ce dernier semblait ne pas le quitter du regard, impassible, imperturbable.

-Ta haine, tu ne dois pas la dressée contre moi. Ton ami m'a attaqué, je n'ai fais me défendre, vois-tu. Je ne suis pas votre ennemi.

Raxos releva sa visière vers lui et  tenta s'exprima d'une voix noyé, gorgée de sang, mais en vain aucun mot ne sortit hormis quelque uns balbutiés et incompréhensible.

-Il n'y a que les ténèbres qui vous entourent, mais ne les repoussez pas, elles veulent vous bercés, prendre soins de vous, vous, délaissés et trahis par ce monde. Vous, qui...

Nalenthal n'eu pas le temps finir qu'il fut projeté en arrière, percuté par un puissant éclat de lumière. Ragnar ouvra grand ses yeux, stupéfait. Raxos, lui sombrait dans l'inconscience, ce n'en n'était pas l'auteur. Le guerrier tâcha de se retourner, mais l'on lui vola le paladin des bras sans qu'il ne comprenne.

<< Abaissez vous et restez immobile.>> Lui dit une voix masculine et rauque surgissant de son dos d'une manière si calme qu'elle forçait la sérénité dans une situation aussi critique, alors que deux mains le forçaient à s'agenouiller. Deux personnes en armure blanche orné de dorure passèrent devant Ragnar, pendant qu'une femme dans une même armure, aux longs cheveux blond et au yeux émeraudes tirait Raxos en arrière. Ragnar la reconnu. "Niobé... Les Marcheurs... La gemme fonctionnait alors..."

Une voix aigüe et vindicatrice retentit ensuite, tel un écho qui sonnait la fin du cauchemar, rassurante pour certaine, oppressante pour d'autre:
<<Narenthal !>>

-Iselith... Comme nous nous retrouvons, c'est une joie de converser avec une usurpatrice de ton rang.

-Je ne viens pas converser, mais te renvoyer d'ou tu viens !

Ragnar avait son angle de vu sur les événement entravés. Deux personnes, un homme et une femme se battaient avec le maître des ombres. Maître des ombres qui semblait peiner bien qu'il envoya l'homme au tapis. Mais la femme, elle, lui tenait tête. Il n'avait plus de doute, c'était Iselith en personne.

<< On les extraits !>>

Ragnar se fit tirer en arrière par les épaules. Complètement absorbé par le combat qu'il ne s'en rendit pas compte. Des éclats de lumière explosaient de tout les côtés, jaillissaient telle des fontaines d'or face aux ombres abyssal. Elle se battait comme une déesse, portée par le vent, on aurait pu croire qu'elle flottait. Nalenthal ne parvenait rien, tout ses coups était déjoués et Iselith frappait aux endroits déjà meurtri par Raxos. Avant qu'il ne soit avalé par le portail, Ragnar cru voir le maître de ombre chuter lourdement au sol sous les coups.

*  *  *

Le portail avait mené le groupe dans un endroit assez inattendu. A l'autre sommet des montagnes. Le mage de guerre du Kirin Tor dont la main droite manquante avait laissée place à un gantelet de plaque animé par magie arcanique semblait plutôt fière de sa téléportation de masse in extremis. C'était vraisemblablement là que les Marcheurs avaient élu refuge. Un tente avait été mise en place, et les quatre sarcophages arcaniques étaient présents. Plusieurs mage s'appliquaient à réduire leur signature. Raxos était allongé sur un brancard de fortune, plusieurs parties de son armure avaient été chirurgicalement retirés pour permettre aux médecins ainsi qu'a Niobé d'agir, s'appliquant à le tenir en vie malgré tout le sang qu'il avait perdu. Mais le plus surprenant était qu'à ses côtés, subissant les même soins et dans un brancard du même acabit, se trouvait Loraliel.

Bralnaris, le mage de bataille à la main de fer contrôla si tout le monde était bien présent et ordonna à ses confrères de se préparer au transfert du groupe vers une zone beaucoup plus sécurisé.
<<Préparez vous pour un voyage vers Dalaran, nous ne pouvons plus assurer la sécurité des ces artefacts, et certains en besoin de soins intensif.>> s'exprima t-il.

Iselith était également présente, sa joue traversée par une longue entaille, son visage affichait un air sévère. Elle maintenait debout son frère qui avait prit part au combat contre Nalenthal. Ce dernier avait d'ailleurs réussi à prendre la fuite, se volatilisant en fumée. Après une courte discussion avec avec Barlnaris, elle s'approcha de Ragnar.


-Valurius, j'aurais bien des choses à vous demander, mais nous manquons de temps comme vous pouvez le voir. Vous nous avez prouvé que nous pouvions compter sur vous en rejetant les propositions des Moissonneurs en plus de venir en aide à l'un des nôtres. En temps voulu, nous reviendrons vers vous, Chevalier-Loup. Nous vous remercions.

-Chevalier-loup, Mh... Ca sonne bien.

Iselith inclina la tête avant de reprendre.<< Je pense que vous savez ce que vous avez à faire désormais.>>

-Je le sais, oui.

Le général de l'armée Marcheur lui afficha un sourire, chose si rare à voir que Ragnar ne savait pas comment le prendre. Une fois le Portail mise en place, le groupe s'y aventura en deuxième vitesse. Pour y disparaître.

Ragnar esquissa doucement son fidèle sourire en coin.


-Braaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaagg !


Ragnar Valurius, L'indomptable 1432725524-raxos-hospitalise-retape



Musique d'épilogue:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Svenborg   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 14:08

Ragnar Valurius, L'indomptable 1434569941-fiche-svenborg
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Renforcement   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 14:08


Renforcement

Ragnar Valurius, L'indomptable 1429882637-l-arc-d-edelya

Ambiance:
 

Couverte de forêts et de montagnes escarpées. Les chutes de neige sont fréquentes et la région est constamment couverte d'un manteau neigeux. Dun Morogh est entouré au sud de la Gorge des Vents Brûlants, à l'est du Loch Modan et des Paluns au nord. La ville capitale de Forgefer toise l'ensemble de cette immense vallée au relief extrêmement accidenté et couverte de neige. La faune et la flore sont cependant abondants, on y trouve un grand nombre de loups, sangliers, ours ainsi que des tribus de troggs et de Trolls des glaces. Les Montagnes de Khaz qui entourent la vallée forment une défense naturelle sur tous ses côtés. La vallée n'est donc accessible que par certaines passes protégées par l'armée de Forgefer. Ces pics enneigés abritent les nains et les gnomes depuis des siècles. Les deux races ont toujours coexisté dans un esprit de commerce amical entre leurs villes, respectivement Forgefer et Gnomeregan. Lors la Seconde Guerre, les deux races rejoignirent l'Alliance après l'invasion de Khaz Modan par les Orcs. Ces races renforcèrent l'alliance, chacune à leur manière, si bien que les envahisseurs ne purent jamais conquérir l'une des deux capitales. Entre la seconde et Troisième Guerre, l'amitié entre les deux peuples continua de grandir, notamment sous la forme de projets communs. Lors de la destruction de Gnomeregan, c'est sans hésiter que les Nains accueillirent les Gnomes réfugiés.

Ragnar s'était une nouvelle fois aventuré à travers ces terres enneigées, encapuchonné et chaudement enroulé dans sa cape. Bien à l'abri des glaciales rafales de vent, il arpentait le chemin partiellement dégagé en direction de Kharanos. Il était tôt et le soleil pointait à peine pour illuminer ce désert blanc et silencieux. Bragg n'était pas non plus absent, suivant de loin de son maître il jouissait d'une balade matinale pour s'amuser dans la neige y cherchant les terriers. D'ailleurs Ragnar ne pouvait s'empêcher de pouffer de rire lorsque ce dernier relevait sa truffe enneigée pour éternuer, secouant sa gueule d'ahuri. Ces deux là aimaient ce genre d'excursion matinal. L'air frais, le calme et la solitude était un berceau paisible. Enfin paisible... il aurait fallut oublier Bragg qui s'amusait sur le lac gelé. Un lac gelé alors que le printemps s'imposait... Sous le poids du loup la trop fine couche de glace finit se craqueler pour finalement céder, il passa à travers sous les yeux amusé de Ragnar qui le regardait depuis le ponton de bois, dont il s'échappa assez vite lorsqu'il l'entendit grincer sous ses pas... Après tout il devait être aussi vieux que ces nains, se dit-il.

Après une bonne heure les deux finirent par arriver à Kharanos. L'un sec, l'autre trempé... ils prirent direction vers  l'une de ces fidèle maisonnée Naine, un bloque de pierre massif carré et froid d'extérieur mais chaleureux de l'intérieur. Ragnar accompagné du loup frappa à la porte. Après quelques minutes ou Ragnar commença se demander si le bougre n'était pas encore dans les bras morphée, la porte s'ouvra lentement. Un homme d'une quarantaine d'année, chevelure brun-grisaille ébouriffé, yeux cernés, tronche de fou au regard de dingue.


-Raag ! l'homme referma la porte sans finir sa phrase. Mais bordel c'est quoi ce chien  de malade !

Ragnar et Bragg pivotèrent leur regard l'un dans l'autre. Le guerrier haussa un sourcil avant de rétorqué. Bordel Thangan c'est pas un chien c'est un loup...

- Mais putain y fait ma taille le con ! hurla L'homme, encore sous le choque d'avoir été surprit par l'ancienne monture Kor'kron.
-Mais il va pas te bouffer... Fait pas ta pleureuse... Rah-lalala... C'est pas vrais... Il pivota ensuite son regard vers Bragg. File car autrement il va jamais ouvrir la porte... Si il s'est pas fait dessus c'est déjà un miracle... Le loup renifla la porte avant de souffler par la truffe pour s'en aller.

Thangan finit par accueillir Ragnar chez lui. Les deux se réfugièrent près de la cheminée ou une cafetière chauffait sur les braises. Ragnar se vit servir un Kafa pendant qu'ils papotaient de la petite vie que menait chacun. Le guerrier appréciait de se réchauffer les mains sur la tasse bouillante et fumante.

-Je viens pour la commande Thangan. Finit par lui lâcher Ragnar en déposant une petite bourse dans les mains de l'homme. Est-elle prête ?

Thangan ouvra la bourse avant d'afficher un large sourire et d'opiné. Il l'invita à le suivre jusqu'à son comptoir dans la partie boutique. Il abandonna Ragnar qui s'accouda sur large planche de bois pour finir son café. Ses yeux parcouraient les armes exposés. Fusils, arc, lances, flèches, pistolet, munitions. Il y avait de tout et a des prix exorbitant. Chaque pièce était unique, réalisé entièrement à la main.

L'homme revint pour déposer une longue caisse de bois rectangulaire sur le comptoir avant de claquer un parchemin ou avait été dessiné un arc finement ouvragé. Ragnar avisa la caisse longuement.


-Je te fais confiance, Thangan.

-Par la lumière, je n'ai jamais réalisé d'ouvrage aussi détaillé Ragnar, si la Reine Tiffin ne nous aurait pas quitté, j'aurais cru qu'il était pour elle. Un arc long à corde rapide. J'ai même prévus des futurs fixations pour des poulies. L'ancien modèle a été scellé dans la nouvelle armature. En Mithril polie comme demandé ! Solide et léger il sera éclatant à la lueur des étoiles et de la Lune. Tu savais Ragnar que mith signifie "gris", et ril, "étincelant" ? Eh bien maintenant tu le sais. J'ai également conçu le carquois qui s'accommode avec. Je suis sûr qu'avec ça, celui qui le maniera pourra dégommer une mouche à plus d'un kilomètre.

-Aaaaah... Thangan, tu t'endors toujours à la mirabelle ?

-Ca veux dire quoi ça ?

Les deux se mirent à rire de bon coeur. Puis le guerrier attrapa la caisse après avoir rangé le dessin soigneusement. Une fois la commande calée sous le bras, Ragnar inclina la tête pour saluer Thangan.

-Je dois filer Thangan, je repasserais une prochaine fois. Lui dit Ragnar en lui souriant. Thangan le laissa partir mais ne put s'empêcher de lui poser une question.

-Eh... Au faite Ragnar... J'ai été mis au courant pour ce qui s'est passé au Siège d'Orgrimmar... Tu tiens le coup, c'était comment là-bas ?

Le regard de Ragnar se perdit soudainement dans le vide, le sentiment de culpabilité lui revint aussi violemment qu'un trait de baliste pouvait heurté les remparts d'une cité une ruine. Il expira doucement par le nez avant de lui répondre répondre sèchement.

-Bonne journée Thangan.


* * *


Ragnar claqua sa langue sur palais avant de siffler en regardant au loin. Bragg répliqua quelques instants après pour recevoir quelques caresses de son maître. Qui grogna après, secouant sa main. Il était encore trempé.

<<Aller, on rentre mon gros.>>

Ainsi les repartaient dans le sens inverse. Ragnar ne pouvait s'empêcher de se demander si son cadeau, qu'il tenait sous son bras, allait plaire. Un soir lorsqu'il parlait avec Edelya, il avait réussi à garder son carnet de dessin où était représenté un arc. Un arc ou elle s'était appliquée. Et voyant qu'elle était touchée par son veille arc qui avait cédé sous les années tout comme Edelya qui était passé de la jeune à l'adulte. Il voyait en cet arc une symbolique.

Ragnar avait secrètement récupéré les restes l'ancien arc d'Edelya pour le remodeler dans une nouvelle armature qu'était nul autre que le dessin de l'héritière. Le renforcement. A l'image de l'arc, Ragnar voulait lui faire comprendre qu'une fracture ou une fin n'était jamais absolue. Une page se tourne et une autre commence. Cela n'indiquait pas un fin, il fallait non pas abandonné mais se renforcer. L'arc était arrivé à sa fin de sa première étape. Il était temps d'évoluer. Le bois était désormais bardé de fer, sa porté était augmentée, sa robustesse accrue, son aspect plus aiguisé. Il faut jamais se résigner. L'arc allait voir une nouvelle page, tout comme Edelya se devait de le faire. Et cet arme allait l'accompagné, du moins c'était ce que voulait Ragnar.
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Le Chasseur Cendré   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 14:10

Ragnar Valurius, L'indomptable 1434570018-chasseur-cendre
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Aveux   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 14:10

Aveux

Ragnar Valurius, L'indomptable 1429835492-ragnar-2

Theme:
 


Ragnar s'était rendu à Dalaran via le portail de la tour des mage en direction de Dalaran. Sagement emmitouflé dans sa cape, il vagabonda à travers les rues en proie à la pénombre. Il ne pouvait s'empêcher d'être à la fois impressionné et apeuré par la cité violette et ses haut toits pourpres. Tout ici avait une connotation magique et on la sentait omniprésente à tout endroit. Une fois arrivée devant la porte de l'infirmerie, il la frappa trois fois en extirpant l'une de ses mains de sa cape cendrée. Une infirmière lui ouvra, l'accueillant avec un large sourire. Elle savait très bien pourquoi l'homme était là, il venait tout les deux jours, à heure précise. Il pénétra dans le bâtiment et fut guidé jusqu'à l'une des chambres tout en passant les contrôles. Raxos était soigneusement allongé sur un lit de convalescence, reprenant de la blessure qui lui fut presque fatale. Bouger lui était encore très difficile. Ragnar vint s'approcher de lui avant que le maître-paladin s'adressa à lui après l'avoir saluer d'un faible signe de tête.

<<Dit moi, Ragnar. Ce que tu ma dis, lorsqu'on était là bas, aux marches. Le pensait-tu ?>> Raxos le regardait assuré. Ragnar vint doucement s'asseoir sur le bord du lit de vieille ami, axant son regard dans le siens. La lueur de la bougie n'éclairait qu'une partie de son visage fermé

-Dois-je être honnête ? Non, bien que j'en rêverais, ce n'est pas... Moi. Je ne suis pas comme toi, je ne suis pas un "porteur d'espoir". Pour moi ce monde n'est que guerre et malheur, le bonheur est ailleurs et les dieux aiment se jouer de moi... Mh... Même si ce ne sont pas ceux qui s'amuse le plus. La vérité ? Hmmmmm. Tu sais très bien ce qu'il s'est passé avec Maria alors inutile de revenir dessus... Mais le fait est que Edinne est partit, et la troisième ma utilisé... Ragnar agitait l'index en souriant, étrangement amusé. Et ce fut un coup habile et fort bien joué. Je n'attendrais pas Edinne. Elle ma abandonné au moment ou j'avais le plus besoin d'elle. Il aiguilla son regard azur dans celui de Raxos, répétant en articulant lentement. A-ban-do-nné. Certes, je ne suis pas le meilleur des hommes. J'ai fais des erreurs... Moi le premier... D'un certain côté j'ai trahis Edinne le premier... Comme dirait les autres "tu as céder à tes vices." Son sourire en coin revint doucement, dansant sur ses lèvres. Je ne voulais pas choisir entre les deux. Je les voulais... La main de Ragnar se leva, se refermant pour devenir un poing serré alors que son regard se mit à briller.Toute les deux. Mais ça n'aurait vraiment pas été correcte. Il s'esclaffa en écartant ses deux bras. Hum, non, pas du tout... Rapidement, son rire se tut et sa main se glissa sur ses lèvres. Le regard azur devint songeur, méditatif. Pas du tout. Et j'ai payé pour ça.

-Quand j'ai compris que j'ai été utilisé et manipulé pour finalement être vulgairement jeté à la poubelle. Ragnar mima le geste de jeter une boule de papier froissé dans une poubelle disposée à cinq mètre, effectuant de larges gestes assurés. Cela l'amusait presque. Ce fut vraiment... difficile, tu sais ? Savoir que finalement l'on n'est rien de plus qu'un objet pour quelqu'un alors qu'on crois en elle dure comme le fer forgé de Kaz'Goroth ! Ragnar agita son poing, haussant le ton sur ces derniers mots alors que ces yeux azur luisaient. Telle la mer agitée, aucune vague ne s'échoua sur les rivages, contenu par son unique volonté. Ouais... Je me suis vu y croire pour tromper la peur du vide. Mais finalement ça n'a fait que précipiter ma chute.

-Les dieux m'ont mit à l'épreuve, il haussa les épaules reprenant son air légèrement amusé. Cela était fort troublant pour Raxos. Ils m'ont rappelé ce qu'il y avait dans ce monde. Et... Ragnar dévia le regard, laissant sa phrase en suspend l'espace de quelques secondes. Je les remercies. Car désormais, je me rappel.

-Rare sont les personnes sur qui nous pouvons compter. Et les dieux obscures sont partout. Qui sait ? Ragnar haussa une épaule. C'est peut-être Loken qui me l'a envoyée. Mais il à échoué, je ne rejoindrais pas sa voie. Tout comme Thorim on a essayé de me détourner et de me bercer d'illusion. L'illusion de Sif crée par Loken, dit Ragnar tout en agitant ses doigts dans d'amples gestes, imaginant un voile de paillettes étincelantes. L'illusion d'amour que l'on m'a faite pour m'éloigner de ma direction, comme Loken a voulu éloigner Thorim du Temple des Tempêtes. Au départ cela à fonctionné. Au départ, mh. Ragnar caressa ses lèvres avec le bout de ses doigts, comme si un souvenir lattant lui revenait soudainement. Thorim finit par se rendre compte de la duperie, tout comme moi. Mh non, elle ne ma pas dompté. Non.

* * *

-La vérité... Ragnar se mit à ricaner. Non je n'ai rien d'un grand homme. Il n'est pas si difficile de m'atteindre. Je me vengerais un jour ou l'autre. Je ferais toujours affront aux dieux en leur demandant si notre destiné est déjà écrite d'avance. Puisse t-il m'accorder leur bénédictions dans ce que j'entreprend. Non je ne vie pas dans l'espoir. Non je n'y crois plus, Raxos. Conquérir le monde sur un navire avec en son bord la personne me fait vivre... C'est un luxe que les dieux me refuse. Une punition.

Les deux hommes se regardèrent longtemps, le regard de l'un braqué dans l'autre. Le silence s'installa de longues minutes. Ils étaient peut-être deux opposés, mais leur péripéties similaires les rapprochaient. Ragnar finit par se lever pour s'orienter vers la sortit. Mais Raxos l'arrêta en lui soufflant une phrase.

<<Si. Tu y crois même si tu veux te convaincre de l'inverse. Pour parler ainsi tu y crois, encore. Ose me regarder dans les yeux en avouant que ce sentiment n'est plus que cendre en toi.>>

Ragnar pivota de moitié, lentement. Son regard azur s'aiguilla dans celui de Raxos. Il retenait ses larmes mais il ne pouvait tromper son ami, il n'aurait pu tromper personne à ce moment précis. Son regard noyé n'avait d'égale que sa détresse enfouit sous son armure. Et Raxos avait frappé au bon endroit, Ragnar gardait quelque chose au fond de lui, quelque chose de si compliqué que cela le rendait fou. Ses nuits étaient courtes et ses rêves mouvementés, il fuyait le sommeil en vagabondant dans les rues ou en se réfugiant près d'un comptoir. Il ne savait sur qui compter. Tourmenté par ses fautes, rongé par un cruel manque qu'il refusait perpétuellement à s'essayer de combler.

-Parfois il arrive que la douleur soit si puissante qu'on se surprend à souhaiter que la personne aimée n'ait jamais existé. Mais ce n'est pas ton cas... Je vois dans tes yeux un refus. Elle n'appartient ni au passé ni au futur. Elle n'appartient qu'au présent et t'y refuse. Le plus impressionnant est que personne ne doit être au courant...

La voix de Ragnar était frêle: Comment puis-je faire confiance ? Comment puis-je me rendre à ce sentiment sans recevoir cette torture ? Comment puis-je être sur de ne pas avoir à faire face à la même chose ? Toute... celles... que... m'ont remplacés... Soit ce sont les dieux qui le veulent, soit je suis vraiment ennuyeux. Il en sourit nerveusement, amusé par lui-même. Comment être sur que ce n'est pas un nouveau voile d'illusion ? Je préfère m'y refuser plutôt que de me briser les deux jambes. J'ai abattu des dragons, décelé et purgé des sectes. Fait couler le sang des politiques pourris. Côtoyé les zones les plus noires que l'humanité pouvait faire. Pillés des villages, brûlés des camps orcs. Massacré des gangr'orcs , combattu des démons, survécu aux Rochenoires, démembrés ceux qui m'ont trahi et j'ai enculé tes putains de moissonneurs. Mon temps n'est pas terminé, pas encore. Mais je ne donnerais plus jamais les clefs. Ragnar frappa son torse au niveau sa poitrine, à gauche. J'ai enfermé ceci et plus jamais je ne l'ouvrirais... A moins qu'une hache vienne le faire à ma place.

Ragnar se retourna vers la porte. L'une de ses mains se déposa sur la poignée, l'autre se glissa sur son visage pour agripper son nez, réprimant un sanglot en reniflant. Sa raison somnolait, sa conscience le conseillait, son subconscient le déconseillait. Devenu parano, il était manipulé par un autre qui le laissait croire que le monde était noir. Sa raison se déchirait, il défiait ses désirs... Lié à des chaines qui le freine. Il cligna des yeux, laissant les vagues s'échouer sur les rivages.

<<Et ça sera encore le moins douloureux>>

Raxos le regarda quitter la pièce la tête basse. Le paladin ne pouvait que comprendre son ami qui avait fait le choix de se fermer à ce sentiment défiant les lois de la logique. Dans le passé, le paladin s'était même surprit à vouloir faire comme Arthas: s'arracher le coeur pour s'en débarrasser, éloignant ainsi tout ces douleurs. Mais hélas cela lui aurait été relativement fatal en plus d'être un sort horrible. Il était rare, voir même impossible que Ragnar se confie ainsi. Mais qui Raxos le connaissait depuis longtemps était probablement la seule personne en qui il faisait de telles confidences. Mais le Paladin ne perdait pas espoir pour le guerrier. Il savait pertinemment que Ragnar était quelqu'un de fort et que personne ne pouvait porter mieux le titre "d'indomptable" que lui. Certes il était blessé, certes cela le marquait. Mais jamais cela ne l'abattrait.

* * *

<<Jusqu´a présent je n´ai vécu que pour moi-même. Je me sentais vivant que lorsque je fixais la mort bien en face. Me battre était ce qui me séduisait le plus. Va savoir... C'est probablment ma raison d'être. Je pense qu'au fond cette société dite "civilisée" me répugne. Entre coup bas, et acte mûrement calculé dans l'optique de volonté bien précise. Trahison et inconsidération de ceux qui sont à côtés. Les rues sont des caniveaux géants et les caniveaux sont pleins de sang, et quand enfin les égouts déborderont, toute la vermine sera balayée. La crasse accumulée de leur sexe et de leurs crimes moussera jusqu'à leur taille, et toutes les putes, les politiciens et ces rats lèveront la tête et crieront « Sauvez-nous ». Mh... Même si désormais, vu comment il s'y plaisent... Je crains que jamais il ne déborderons.>>

<<Vies décadentes, bercées d'illusions tissés par eux-même avec grand soins. Encadrés de lois dont ils jouissent des failles. Les infrastructures qui ont été battit sont des entraves. Voila pourquoi je suis partit loin de cette civilisation...>>

<<Mon ami, mon avenir, ma vie, pardonne moi... Ce visage inexpressif rempli de tristesse... De trop nombreuses fois j'ai dû te mentir... Ou me mettre dans la peau d'un autre... Des continents entre la parole et l'acte. T'as fini par voir mon petit jeu... Des fois je fais des choses que je ne comprends pas moi-même... La nuit m'aide à méditer et c'est dans ces moments que j'me dis que j'vais changer... Mes ennuis et mes envies... Mes désirs et mes plaisirs... Ont pris le dessus sur tout ce que je m'étais promis... Jusqu'à m'en détourner, je ne peux dissocier l'ennemi de l'ami... Je ne peux me résoudre... Je finirais par tomber. Et j'étais averti. Je suis fichu si je reste dans cette situation. Je suis désolé.>>
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: L'Indomptable   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 3 Juil - 14:11

Ragnar Valurius, L'indomptable 1434570086-fiche-l-imdomptable
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Indomptable Gardien   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 10 Juil - 4:42

Ragnar Valurius, L'indomptable 1436494534-wowscrnshot-071015-041136

Indomptable Gardien

Musique:
 

Ragnar se tenait droit dans son armure mordorée. Sa longue lame fichée dans le sol rocheux du défilé se dressait devant lui. Ses deux mains reposaient en sa garde... Telle une statue, un gardien, l'entrée du campement était gardée par l'Indomptable ou il était impossible de voir le moindre sentiment à travers son heaume. Le guerrier veillait à ce que personne ne vienne perturbé le groupe et pouvait prévenir tout le monde de la moindre tentative d'intrusion ou d'attaque. Sa stature disciplinée  lui donnait presque un air chevaleresque.

Ainsi l'indomptable était perdu dans ses songes... Aux même endroit que l'intrépide il y de cela presque une année en arrière...


Citation :
Raxos regardait  Miavaiah entre ses mains, les inscriptions luisaient dans  les ténèbres de la nuit d'une clarté azur. Sous sa capuche, son visage affiche un scepticisme certain... La pluie s'abattait sur son armure, les goûtes se heurtant violemment sur la plaque blanche de ses épaulières.

Songeur sur la 2ème guerre... Il était si jeune. Jadis, il était encore aux côtés de Zerannon, son maître. Paladin prometteur, il rêvait de devenir comme lui, d'être vaillant... Endosser des responsabilités, des missions. Rencontrer l'amour... Plein de rêves et d'espoir.

Raxos n'avait sans doute pas encore surpasser son ancien maître, mais il l'égalait. Le nouveau changement de la porte, cette nouvelle Horde de Fer commença lui aussi à le renvoyer à son passé.

Son emprise sur Mivaiah se resserra fermement. La peur commença à l'envahir, des visages défilèrent dans sa tête, son père, sa mère, Zerranon, Eknas, Sheryl, Iselith, Niobé, Archandre, Anke...

La peur de mourir, de les décevoir le frappa si violemment, la peur de les perdre. Maintenant c'était lui le maître qui allait accompagner son apprentie par delà la porte des ténèbres... Car il savait déjà , et sans aucuns doutes, qu'il leur faudrait s'y aventurer, comme jadis... C'était lui qui allait apprendre à son apprentie ce qu'était une guerre, lui qui allait veiller sur ses hommes, désormais il avait le tabard de la main d'argent ballant à sa ceinture, désormais il était le maître-paladin qui devait montrer la voie. Il n'avait pas accomplit tout ce qu'il désirait depuis, mais cela lui importait peu, il était devenu l'homme qui voulait être. Son apprentie était également sa fiancée... Et c'est à cette pensé que les inscriptions  répondirent... Virant de l'azur à un doré éclatant, radiant, comme si la lumière venait elle-même lui apporter un message, comme si elle venait jusqu'à lui pour lui dire "n'abandonne pas, n'ait pas peur".

Raxos prit une grande inspiration et leva son regard vers le sombre ciel... Il sentit une présence... comme si son père et sa mère étaient à ses côtés, l'espace d'un court moment. Le sourire vint rompre ses peurs, le scepticisme visible sur son visage mourut avec elles... Lui rendant son assurance dont il avait l'habitude d'afficher. Après avoir jeter un dernier regard à sa lame, se fut son unique oeil qui reprit toute son intensité, son iris virevoltante de bleu acier à l'or pure... Faisant croire qu'il envoyait un message au futur qui arrivait "je suis prêt".

<<Merci>> s'exprima le Paladin en s'adressant à la lumière.


Mais cette nuit... Il n'y avait ni pluie, ni paladin. Il n'y avait que Ragnar à cette entrée. Un homme perdu dans ses songes. Repensant à Edinne. Cela faisait des mois qu'elle était partit...  Lentement et dans des gestes las dépourvu de toute motivation, l'Imdomptable glissa sa main droite hors de la garde sa lame pour aller chercher un parchemin à sa ceinture avant de ramener son gantelet là ou il était. Le parchemin entre ses doigts de plaque, il abaissa lentement sa visière pour lire une nouvelle fois la lettre qui commençait à être usée par le temps et les manipulations.


Citation :

Ragnar,

Je fais rédiger cette lettre, alors n'attend pas de grande confession de ma part.

J'ai quitté la région avec mon frère, à la recherche de l'autre. Je t'aime d'un amour solide et irréprochable, Ragnar, mais je suis convaincue à nouveau que je ne peut pas être avec toi.

Ne t'acharne pas à me retrouver, si la Lumière le veut, je le ferait.

Avec Amour,

Edinne.



Ce bout de parchemin était tout ce qu'il lui restait d'elle. Son heaume bascula lourdement en avant après ces quelques lignes. Heaume qui masquait le triste visage de l'homme... Edinne ne savait même pas écrire et Ragnar lui avait promit de lui apprendre, même si il n'était pas le meilleur dans le domaine... Elle était partie du jour au lendemain, mais Ragnar savait qu'il n'était pas innocent, et que ce n'était que justice que son départ soit ainsi. Malgré cela il grinça des dents à travers son casque. Regretter était la seule chose qu'il lui restait à faire. Châtiment pour ses ambitions trop grandes et incorrectes. A l'image du Paladin d'antan, le guerrier releva sa visière vers le ciel pour avisé les étoiles brillantes. Refuge pour les égarés tel des phares pour éviter le naufrage.

Là ou Raxos avait gagné, Ragnar avait perdu. Là ou l'intrépide avait perdu, l'indomptable avait gagné.

L'un est un protecteur, l'autre est un conquérant, l'un donnerait sa vie pour ce monde, l'autre sacrifierait volontiers celles des autres pour ne serait-ce qu'en conquérir une parcelle. L'un est saphir l'autre est rubis. Deux personnages que tout oppose et qui pourtant, sont intimement lié car à l'ombre de l'un se trouve l'autre. Deux hommes, deux amis aux convictions et objectifs opposés... Mais qui se respectent et qui malgré tout combattent et luttent ensemble, au tel point que l'un mettrait sa vie en jeu pour l'autre.


Et ce n'est par un étrange jeu de circonstance que Ragnar se retrouva au même endroit que là ou le fut Raxos jadis. Non seulement car il ne pourrait sans aucun doute jamais trouver le sommeil dans un endroit pareil, mais aussi car il fallait quelqu'un. Et il était tout indiqué. Ce soir, il était en proie aux souvenirs,  souvenirs qui ne cessaient inlassablement de le frapper. Enfuit sous son armure avec sa lame entre ses mains, il s'y trouvait la quiétude. De taille à affronter ces échos comme si son acier pouvait les défier, et son armure y résister. Après avoir pensé à la jeune femme, il repensa à ses jours passé à la Maison Noble. N'arrivant à se défaire de certaines pensées, il aurait voulu en parler au paladin, mais hélas la distance et sa condition ne lui le permettait pas. Et c'était à son grand dam, une fois de plus...

Les violentes bourrasques de vent se heurtaient contre son armure pour s'y infiltrer à travers les failles, le glaçant jusqu'aux os en lui arrachant parfois de sévères grimaces. Mais il ne céda pas, il s'efforçait de rester fier et solide. Et ce même si la brume environnante commençait l'envahir, tout comme la culpabilité. Sans aucun mots, il abattit quelques unes de ces vicieuses et gigantesques arachnides qui s'approchèrent de trop près en descendant sur leur fine toile. Les apercevant bien souvent du fait qu'elles projetaient une ombre mouvante en descendant de leur arche de pierre à travers les reflets de la lune. Sa lame pénétra que trop de fois à travers leur tête, se frayant un chemin entre leur mandibules pour venir s'enfoncée de toute sa longueur dans leur corps en les empalant presque entièrement.

Une nuit longue, éprouvante et douloureuse pour l'Indomptable Gardien... Mais les nuits sont ainsi au défilé de Deuillevent. Gardien de ses secrets, gardien de ses peines. Ragnar s'était juré que plus rien sortirait de son armure sans qu'il n'y ait besoin d'une hache.


Dernière édition par Ragnar Valurius le Ven 10 Juil - 13:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: La Chasseur De Prime   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyVen 10 Juil - 4:45

Ragnar Valurius, L'indomptable 1436496358-fiche-chasseur-de-prime
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Dévotion Déchue   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyMar 14 Juil - 2:15

Dévotion Déchue

Ragnar Valurius, L'indomptable 1436831095-wowscrnshot-071415-013152


<<Ainsi, tu as trouvé ta prêtresse, comme moi j'avais trouvé la mienne jadis... Tu sais, j'avais de grandes ambitions. Je voulais la tirer de là, lui offrir une vie de rêve... L'arracher à tout ses cauchemars, abattre ses bourreaux de ma main. Répandre leur sang pour en faire une rivière d'avertissement à quiconque oserait s'approcher d'elle.>>

Ragnar était perché sur l'un des rempart du guet. Assis en hauteur en s'appuyant de son épaule sur l'un des créneaux des pierres défiguré, ses genoux eux étaient repliés contre son torse pour être ceinturés de ses mains. La hampe de Nalfein, sa masse, reposait quant à elle sur son épaule, pendant que la tête résidait sur le sol. Et c'est du haut de ces remparts meurtrit par les combats qui leur ont arraché des morceaux que le guerrier avisait la scène qui se déroulait sous ses yeux au beau milieu de la nuit. Peu arrivaient à approcher Bragg pour ne pas dire personne. Il était même plus difficile de l'approcher lui que Ragnar... Ce qui valut à la jeune prêtresse de s'attirer toute l'attention de l'Indomptable. C'était la première fois que Bragg se montrait aussi affectueux envers une autre personne que son maître...

<< Tu sais, être un protecteur n'est pas facile Bragg...>> Se murmura t-il alors que les paroles du maître-paladin lui revint tel des échos.


Citation :
Moi ? Regarde moi, regarde mon visage, cette vie, abandonne la, tu ne te détruira que toi-même. Refuse toi à cette folie. Lorsque tu aura le dos tourné, on viendra te la prendre, lorsque tu permettra un écart, on te volera. Dans ce genre de vie, tu ne dois te lier à personne, te fier à personne, te reposer sur personne. Car si tu aime, tu t'expose, si tu te repose sur quelqu'un de corruptible et de fragile, et que quelqu'un l'atteint... Tu tombera avec, et sombrera dans les ténèbres... Il se pourra peut-être même que tu les utilises.

Comment je fait ? Je suis déjà mort Ragnar. Je suis l'un des derniers Marcheur d'espoir, c'est mon héritage, je le fait car c'est une nécessité, car j'ai le pouvoir de la faire. Nous marchons seul en portant l'espoir. Nous le faisons car il le faut, car il faut que des gens se lèvent quand d'autres préfères se cacher, fuir ou céder à la facilité de la corruption.


L'ombre du paladin planait sur le guerrier. Même si il n'était quasiment plus, il le sentait avec lui. Ses paroles qu'il croyait jadis futiles prenaient tout leur sens sous ses yeux à ce moment présent. Si tant qu'il serra les poings aussi fermement que ses dents. Son visage dévoila une furieuse colère... Ses yeux azur agités telle la mer en pleine tempête, tempête de songes...De douce vagues vinrent se heurter sur le récif.

<<Moi qui l'aimait... Qui était prêt à prendre tout les coups pour elle... Elle à finit par retourner tout le monde contre moi... Les... Miens !>> Ses dent grincèrent pendant que derrière son visage déchaîné se dessinait la détresse d'un homme trahit.

<<Oh Bragg j'espère que tu ne te trompe pas comme je me suis fourvoyé... N'oublie pas ce que nous sommes... ce que l'on nous à fait.... Ce que l'on à fait de nous...>> continua t-il alors qu'il agrippa sa cape cendrée pour s'y enrouler à l'intérieur, prit par une étreinte glaciale qui lui donna d'horribles frissons.

Ronger par ses souvenirs enfouit sous son armure, Ragnar ne put que sourire lorsqu'il vit la prêtresse dormir au côté de Bragg. La scène le touchait. Bragg n'était que rarement affectueux, et lorsqu'il l'était avec Ragnar, ce dernier savait pourquoi. Il resta sur son perchoir à les observer calmement, veillant lui aussi au même titre que Bragg qui ne manquait de rester sur ses gardes, à l'affût de la moindre menace nuisible. Il offrait un véritable confort à l'odeur de forêt en plus d'être un affectueux gardien.



* * *



Musique:
 


Le lendemain soir, après que Ragnar ait entretenue son armure, il s'exila un temps avec Bragg hors de la forteresse en piteux état. Ce n'est qu'une fois en plein milieu des marais, sûr de n'être entendu par personne qu'il s'accroupit devant son loup pour se mettre leurs regards à niveau. Il glissa ses mains le long du sombre pelage pour lui adresser quelques caresses avant murmurer.

<<C'est d'accord Bragg... Tu m'a... Convaincu. Veille sur elle, et je veillerais sur vous deux. Après tout elle l'a dit elle même.... "Alors elle aura gagnée". Je ne doute pas que tu ais oublié l'hiver dernier... Et parfois... Il faut avouer que tu sens mieux les choses que moi... Mh, souvent même.>>
L'homme offrit un sourire de mélancolie à son fidèle compagnon avant le de serrer contre lui.

<< Non tu n'as pas oublié, tu étais là. Tu sais comment cela se finit ce genre d'histoire... Mais aucunes d'entre elle n'avait réussi à t'apprivoiser ainsi... d'ailleurs je vais finir par croire qu'elle me fait de l'ombre ! Tu te souviens lorsque je ne pouvais pas t'approcher ? Tu avais même faillit m'arracher le bras un coup.>> continua t-il en esquissant un faible sourire auquel Bragg répondit par un coup de tête pour venir y chercher davantage de caresses.

Une fois les deux revenu au Guet de l'Estran, l'homme laissa le loup partir vers la tente de Célia en l'avisant d'un agréable et honnête sourire. Ce fut presque une réconciliation pour lui. Ainsi Bragg y resta toute la nuit. Le guerrier lui retrouva au même titre que le Loup, son perchoir de la veille. Dressé sur les remparts il regardait silencieusement la mer.


"Tant qu'il ne vous bouffe pas."-Archandre, un Commandant
"Alors elle aura gagnée"-Celia, une collègue qui ne lui rappel que trop de souvenirs
"Est-ce la première fois ? Non... La troisième plutôt... Toi qui t'étais promis... "plus jamais ça"."-Nalenthal, un ennemi qu'il n'aurait jamais dû offenser.
"Si. Tu y crois même si tu veux te convaincre de l'inverse."- Raxos, un ami en chute libre
"Mais ce n'est pas ton cas... Je vois dans tes yeux un refus."-Mais un ami qui ne le connaissait que trop bien.

Bien que ces échos d'avertissement résonnaient dans sa tête dans une véritable cacophonie, l'Indomptable avait la solution pour ce genre de problème: y céder, même si il s'y était refusé après de multiples mésaventures. Il apporta sa main à son front pour le masser. C'était presque trop pour lui. C'est en se souvenant de la discussion de la veille, autour du feu, qu'il fut extrait de ses sinistres pensées. Du haut de son rempart, son regard azur s'ouvrit sur la mer. Dans sa solitude, Ragnar se souvint d'une chanson qu'il eu entendu d'une barde, un chant qu'il avait entendu il y a fort longtemps à son village désormais rayé de la carte. C'était en quelque sorte une sorte d'héritage du Nord, quelque chose qui faisait toujours vivre l'esprit de ses terres à travers lui. Soudainement et dans l'espoir se réconforter lui-même, il se mit à chanter doucement à voix basse, tachant de prendre son plus beau timbre.


Un faux pas, un de trop...
Faudrait pas tomber de haut...
Je suis le mal que j’ai subi;
Tu mets à mal ton alibi.
On ne choisit pas d’où l’on vient,
On choisit ce que l’on devient.
A qui la faute, faute à la vie,
C’est pas ma faute mais c’est ainsi.


Dynamiquement, il se mit à s'entraîner lui-même en tapant doucement son pieds au rythme, puis finisant par frapper dans ses mains de la même façon.

Ici bas tir nam beo,
Mon combat tir nam beo,
Nous voilà dévoilés.
Faut tout laissé aller.
Dam da di dam da di dam da di da dou dé,
Ici bas tir nam beo,
Mon combat tir nam beo,
Nous voilà dévoilés,
Ou ça va tout ça hey.
Dam da di dam da di dam da di da dou dé.

Tu détruis tout ce que tu aimes,
Je détruis ce que tu sèmes,
L’amour n’est pas une tragédie,
Je porte le poids de tes non-dits.
Il n’y a pas de blessures veines,
Je suis le passé que je traîne,
A qui la faute, faute à la vie,
C’est pas ma faute mais c’est ainsi.



Chant:
 


Le guerrier se contentait de mer et lune pour seules spectatrice. Mère lune envers laquelle il aimait se confier, et ce bleu infinie dans lequel il aimait se perdre pour rêver. Les rafales de vent maritimes balayaient son visage, repoussaient ses cheveux en arrière, emportant avec elles les doutes pour lui laisser un moment de rêve et d'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Raxos Zephir   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyMar 14 Juil - 19:07

Ragnar Valurius, L'indomptable 1436893984-fiche-raxos
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Intrépide n'est pas Indomptable, Destructeur n'est pas Protecteur   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyMer 22 Juil - 16:21


Ragnar Valurius, L'indomptable 1437571973-sans-titre

Intrépide n'est pas Indomptable
Destructeur n'est pas Protecteur



Rêve de vengeance. L'esprit de vindicte deviendra l'esprit de vengeance. L'ange gardien aux ailes lumière se relevera avec de nouvelles ailes, des ailes de sangs.

Balance du destin, l'un perdait l'espoir pour que l'autre le trouve. Dangereux. Imdomptable... Ragnar avait enfermé tout ce qui le rendait faible, tout ce qui pouvait l'atteindre, tout ce qui avait eu raison de lui en dessous de son armure. Intrépide, le paladin qui avait tellement enfouit sous cette armure de plaque qu'il devint lui-même l'armure... avant qu'il ne l'abatte de sang froid.



* * *

Banque de Dalaran, heure et date inconnue.

La massive porte s'ouvra lourdement pour dévoiler l'armure du 13ème marcheur d'espoir aux magnifiques nuances d'or et d'argent. Un heaume ailée de plumes aussi morte que sa visière. Dréssée sur un mannequin elle semblait presque vivante, fière et intérpide, elle attendait son appel comme un lion en cage. A côté de celle-ci, sur un socle reposait une lame aux abords dorées. La garde abordait le symbole des chevalier de la main d'argent alors que le manche quant à lui était enroulé de cuir noir, sur le pommeau y pendait une chainette argent qui tenait un symbole massif de Lordaeron. La Quel'doreil ne peut s'empecher d'exprimer un doux sourire en lisant les inscriptiond qui jadis, luissait d'un azur sans faille. "Anke - Niobé" était les dernières en dates à avoir trouvé leur place sur Mivaiah.

L'elfe s'orienta ensuite vers l'armure pour la toisé de ses yeux en amandes, elle plongea son regard à travers la terne visière pour s'y perdre quelques instants avant de lui adresser la parole. << Nous avons besoin de toi.>>

Un quart d'heure plus tard, Iselith sortit de la banque de la citée pourpre avec l'équipement intégrale de Raxos pour aller rejoindre un homme enroulé dans une cape aussi noir que la nuit. Les deux se perdirent dans la pénombre qui régnait sur Dalaran...



* * *

Introduction:
 

Dans la même chambre dans laquelle il résidait il y a de cela des années à Dalaran... L'homme restait comme à ses veilles habitudes, plongé dans la pénombre. Assit sur l'une des chaises près du bureau où il avait passé de longues heures... Ses jambes étaient étendu et croisés, tout comme ses bras. La lune qui l'illuminait n'avait pas changer, la chambre non plus... La seule chose qui avait changer en ceux lieux, c'était lui.

Son sombre regard était plongé dans son propre reflet que lui rendait le miroir de l'armoire. Son unique oeil ouvert, il était plongé dans ses songes en agitant un symbole qu'il avait retrouver il y a de cela fort longtemps. Le symbole des marcheurs de l'espoir.


"Il n'est plus question de justice, ou d'équilibre Zerannon. Il est question de toi, et moi... Je vais... te détruire... Détruire tout ce que tu as battit. Détruire ton armée. Détruire tes créations, détruire ton empreinte. Le monde entier saura ce que tu as fait. Que tes marionnettes soient averti.... Car ce n'est plus la justice qui arrive... C'est moi... Je ne pourrais regarder ceux que j'ai abandonné qu'une fois que j'aurait abreuvé ma lame de ton sang."

Se hissant lourdement hors de sa chaise il s'avança vers lui-même face à ce mirroir. Il se défiait lui-même du regard. Contemplant les cicatrices que sa vie lui avait laissé sur le visage.


<<Je n'ai pu sauver Isalith à temps. Je n'ai pu rien faire face au destin qui vint prendre Sheryl. J'ai comtemplé la mort de mes hommes par ma faute, impuissant. J'ai été forcé d'assassiner Eknas de ma lame afin qu'il ne triomphe pas de ce qu'il me restait. Dans ma quête contre toi, j'ai tout abandonné. Mes amis, ma famille. Je me suis détourné de tout pour toucher l'espoir de t'atteindre... J'ai perdu Niobé. Perdu tout ce qui faisait moi ce que j'étais. Il ne me reste... que toi...>>

Il ouvrit sa main pour aviser le symbole d'argent, son visage se défigura sous une furieuse colère qui lui donnait des airs de démon. Violemment et san crier gare il alla frapper son propre reflet de son poing, en y encastrant le pendantif. Le miroir sa fractura sur toute sa hauteur pour afficher un reflet déformé de sa propre personne qu'il prit le temps de regarder quelques instants... Avant de s'en désintéressé, y abandonnant le symbole des marcheurs.

Il glissa main sur les doigts de l'autre, caressant doucement la bague en argent ornée d'inscriptions elfique puis la deuxième, sertie d'un topaze... Pour s'en saisir... et se l'arracher. La regardant dans le creux de sa main. La bague de fiancaille de Niobé... Il pivota doucement sa main qui tremblait et laissa anneau retomber sur le bois... Il y rebondit trois fois avant ne plus bouger. La seul bague qui restait était celle que jadis Isalith lui avait offert pour leur fiancaille. Isalith qu'il ne pu sauver à temps. Tourné vers le passé pour lui rendre hommage, ou volonté de garder un contact Anke.

"Même si je dois y perir pour ceci."

Raxos pivota vers son armure dispersée en pièce détachés sur le lit qui lui rappela tant de souvenirs. Puis il s'équipa des pièces les unes après l'autre. Enfilant sa côte de maille. Ses morceaux de plaque d'or et d'argent un par un. Il prit le temps de fixer ses épaulières, puis enfila ses gants en les serrant solidement. Et enfin, il s'emparra de son heaume qu'il diposa lentement sur sa tête. Une fois celui-ci fixé, sa visière s'anima d'une vive lueur azur, les plumes commencèrent à vaciller à la suite de la même couleur. Ses doigts glissèrent sur le manche orné de cuir noir de Mivaiah pour la brandir. Ses inscriptions s'illumant de la même force. Il glissa sa paume contre le plat de la lame avant de la mettre dans son fourreau.

Cela commence comme ca... La fureur qui rend les gens biens... cruels. La guerre nous change... en monstre. Raxos avait finalement franchit la fragile barrière entre justice et vengeance. Dévasté non seulement par ce qu'on lui a fait, mais par ce qu'il à fait. Il avait affronter dans son coma nul autre que sa propre personne pour revivre tous ses échecs et accomplissements... Et lorsque le paladin en lui lui tendit la main, il l'abatta de sang froid, recupérant ainsi ses droits, s'avouant à lui-même qu'il n'était plus ce qu'il était, qu'il refusait de l'être encore. Avouant que ce monde avait triomphé du porteur d'espoir qui demeurait en lui. Donnant ainsi raison à son ennemi... Il était devenu ce qui était nécéssaire pour les abattres. Un protecteur déformé, un démon.

Réalisation transfigurée du souci de la vengeance. La tache a laquelle il s'attelle le dépasse... Sans cesse elle renaît comme dans les supplices infernaux. Hanté par une tâche, une souillure originelle, qu'il ne peut effacer et qui le mène au bord de la folie. Cet éternel retour du même est figé au sein de combats qui se répètent à l'infini et qui atteignent leur paroxysme avec la figure même de la folie: Zerannon. Il est le passage sans retour vers la corruption qui guette sans cesse Raxos. Le charme du duel est indéniablement généré par la proximité des deux personnages qui, d'une certaine façon, se reconnaissent l'un dans l'autre... Les deux ont subit la perte de l'être aimé, les changeant à jamais. Cette vision est accentuée par leur impossibilité mutuelle de se tuer. Zerannon jadis maître de Raxos l'a construit, l'a fait naître en tant que paladin et la élevé au rang de maître-paladin, il lui a tout appris, il est l'origine même de son existence... Mais plus tard, lorsque Raxos, en affrontant une secte, par inadvertance laisse Zerannon seul face aux ténèbres, il permet aussi à la face déformée de Zerannon de naître. Chacun est en quelque sorte le géniteur de l'autre : ils ne sont pas frères mais pères siamois se regardant ainsi en miroir et étant l'un pour l'autre un stade de leur propre développement. Zerannon suggère cela puisqu'il prédit que la véritable place de Raxos est bien à ses cotés où il peut régner en maître appliquant ainsi le dicton qui veut que les borgnes soient roi au royaume des aveugles. La différence la plus visible entre les deux étant le masque : Raxos a besoin de quelque chose: Son armure et notament son heaume qu'il consièdre parfois comme son propre visage, pour faire corps avec sa propre folie, tandis que Zerannon inquiète justement par l'absence d'accessoire, il se dévoile ouvertement. Il est ce masque vivant qui s'assume perpétuellement d'être la corruption.

Tourmenté, le poids de ses actes et des années pèsent sur lui, tel un fardeau dont il ne sait se défaire. L'armure restait fidèle malgré les évolutions, mais l'homme à l'intérieur était fondamentalement changé à jamais, se préparant à son combat final. Prêt à mettre fin à sa quête, il avait déjà tout sacrifié. Si les amis sur qui il avait compter ne l'avaient pas trahit, il s'était volontairement éloigné des autres pour ne pas les voir affectés par ce combat, pour ne pas qu'ils en subissent les stigmates et conséquences. Protecteur brisé, c'était son sacrifice. Abattre la corruption, abattre le chaos. Désobéissant au plan qu'il avait lui-même étabilit avec Arisidias et Iselith il sortit de la chambre en jettant un dernier regard à l'insigne Marcheur encore enfoncé dans la glace brisée, ainsi qu'a la bague de fiancaille abandonnée. Laissant derrière lui, le dernier souvenir d'un amour promit, laissant derrière lui, le maître-paladin qu'il était. Il referma la porte en délaissant ces deux dans la ténèbres.

Ce n'était plus le paladin, c'était l'homme. Descendant lentement les escaliers, il sentit dans cette instant un air de déjà vu. Comme si la lumière elle-même lui avait jadis dévoilé cette issue, une vision de divination. Comme si c'était ainsi que cela devait ce terminer, comme si c'était son destin. Tout ce qu'il avait fait, tout ces sacrifices ne devaient être vains...

Seul, il s'avancait vers son ultime combat. Seul, marchant vers son ultime accomplissement, son ultime sacrifice. Vaincre le mal ou que l'on le trouve, protéger l'innocent de sa propre vie. Ainsi est le destin des chevaliers de la Main d'Argent. Il n'était que l'un d'entre eux après tout.


Il attrapa les rênnes de cuir entre ses doigts pour se hisser sur la selle d'Inquisitus. Son frison qui l'avait toujours suivit était déjà paré au combat, revêtu d'une lourde carapace de plaque aux couleurs de l'alliance.


<<Un dernier galop, Inquisitus... Mon fidèle ami...>>


* * *

Poursuite:
 

Inquisitus sortit de la large entrée de pierre qu'était Forgefer. Déposant ses sabot dans la neige, Raxos enfilait encore ses pieds aux étriers. Depuis sa visière il déporta son regard au loin, avisant les cavaliers de l'alliance en pleine course poursuite face à des hommes appartenant au "crane" dissimulés sous des faux airs de bandits. D'un geste sec il tira sur la bride, Inquisitus se cabra dans un hennissement fidèle au frison, dénoncant son entrée en scène.

Cinq soldats de l'alliance tâchaient de tenir tête au groupe de bandit dans une course effrénée sur un chemin de montagne étroit et sineux. A gauche la falaisse de roche grimpait telle un rempart tandit qu'à droite, elle descendait a pic comme une véritable descente aux enfers où toute chute serait mortel. Un chemin des plus dangereux de Dun Morogh, surtout de nuit ou il est difficile d'anticiper le moindre obstacle ou imprévu. Mais l'alliance ne parvenait à rattraper les fuyards, bien plus légers et bien plus habiles sur ce chemin de gravier. Les soldats bleus manquèrent plusieurs fois de chutés, ralentissant ainsi leur allure pour éviter une fin précipitée. Alors que l'un d'entre eux s'éloignait de la crevasse de droite pour éviter d'y succomber, il fut forler par un destrier lourdement carapaconé qui martelait la route de ses sabot sans ménagement, se faufilant dans l'infime espace entre lui et le vide, Inquisitus décrocha même quelques mottes de terre du sentier pour les envoyer en contrebas.

Le maître-paladin était farouchement penché sur son destrier au galop. Lame tirée au clair de la lune qui rayonnait cette nuit pour s'y refleter, il s'accrochait à la bride de cuir de son autre main ou il l'avait emmelée, sa longue cape claquait en virevolatant sous la vitesse. Partit bien après le groupe des soldats de l'Alliance, Inquisitus les rattrapa et les dépassa dans une facilité déconcertante pour tous. Les soldats laissés sur place par le paladin et sa monture, il cavalait rapidement comme la justice zélée, encore plus vite que le diable. Raxos filait droit sur le groupe aux faux airs de bandits de bas étage qui prenait la fuite. Lorsqu'il arriva au niveau du dernier des trois, avant même que celui-ci ne s'en rendent compte, Raxos envoya sa lame sifflant à travers les airs, foudroyante, rayonnante sous les reflets de la lune comme un éclair. Une tête tournoyante de mise à voler dans un flot de sang, le décapité glissa de sa monture pour basculer dans le vide. Les sabots du frison carapaconé frappaient le chemin de terre sans relache, il n'avait même pas prit le temps de s'arrêter ou de ralentir. Résonnant comme la vengeance qui allait à l'encontre des deux prochain sur la liste. Le paladin ne les quittaient pas de sa visière luissante.

Le guerrier pendant ce temps là vagabondait dans la petite forêt de nuit, accompagné de son loup. Il avait toujours aimer ce genre de promenade nocturne... Profiter de l'air frais de la nuit, le la luminosité ambiante des astres... C'était l'endroit propice pour y réfléchir. L'avancée de Perce-Ténèbres vers le Nord le rendait nostalgique et il faisait le point de tout ce qu'il avait accomplit jusqu'ici, de tout ce qu'il avait traverser. Une sacré vie d'après lui. Mais le meilleur restait à venir. Ragnar avait trouvé la personne qui le complétait, même si il ne croyais plus cela possible. En levant se regard attendrit vers le ciel, il se mit à le remercier de ce cadeau, de cette rencontre, et de tout ce qui allait suivre. Mais alors qu'il était dans ses songes les plus merveilleux à rêvasser de sa futur vie, il tendit l'oreille et plissa le nez tel une bête en entendant le sabots au loin, il pivota son regard vers la falaisse pour regarder attentivement le cheval au galop, son regard azur se fronca. <<Ce destrier... Si rapide... Inquisi... Raxos... Ici ?>> Le guerrier bondit sur Bragg en hurlant: <<Man'sh !>>, Le loup se mit à détaller en direction de la course poursuite pour rejoindre le bas de la falaise qui les surplombait. Se joignant à la course poursuite à son tour depuis sa position, Bragg tenait tête tant bien que mal à Inquisitus... Même si le loup allait en ligne droite contrairement au destrier.

Arrivé au niveau du deuxième faux bandit, Le paladin se dressa sur sa monture pour, dans un parfait équilibre ou le cavalier et le cheval semblait ne faire qu'un, venir percuter rudement le visage du fuillard avec le pommeau de sa lame. Durement frapper, la victime fut le desarconé dans un rale de douleur, Le pied resté coincé dans l'étrier, il finit sa course lorsque son crane rencontra une pierre trop aiguisée qui le déforma fatalement. Il n'en restait plus qu'un. Le dernier regarda derrière lui, paniqué, opprimé: <<Merde !>> Raxos se vouta de nouveau pour reprendre de la vitesse. Inquisitus ne vint que trop rapidement coller le cheval devant lui, qui, paraissait si minable, si incompétant que cela en devenait navrant. Alors que le bandit regarda sur sa gauche, il fut surprit de ne plus appercevoir le paladin et son destrier. Mais lorsqu'il regarda à droite, il vu le Paladin lui bondir dessus en abandonant son cheval, voyant pour cauchemar cette visière plonger sur lui inéxorablement. Raxos le percuta violemment, les deux retombèrent lourdement au sol en roulant sur eux-même. Plaqué par le paladin, le fuyard tenta de se débattre, mais un tyrannique coup poing de plaque de la part de Raxos détendu l'homme sur le coup.

Le chevalier dans la main d'argent releva vivement la tête à l'entente d'une autre paire de sabot. Le crâne avait des renforts, comme si cela était prévu... << Un piège...>> Comprit Raxos. Mais alors que le premier de ces renforts le chargea en brandissant son gourdin à pointe à son attention, Bragg sortant de nul part vint empaller sa monture, arrachant un hennisement d'agonie à la bete, étouffer sous le grondement de férocité du loup. La force de la bête le souleva presque. Le premier nouvel arrivant et sa canasson basculèrent sur le côté, le chevaucheur finissant coincé sous le poid de sa monture, l'homme tacha de se débattre mais fut appréhendé par les soldats de l'alliance qui pointèrent leur abalete ou leur lame à son encontre. <<On ne bouge pas !>> Pour ce qui était du deuxième nouvel arrivant... Il continua sa course d'une facon beaucoup trop amorphe, comme endormit sur son palomino. Raxos en l'avisant sur son passage passif appercu une flèche fichée dans sa gorge... Lorsqu'il pivota sa visière vers Ragnar qui descendait de son loup, il comprit à son sourire en coin qu'il n'était pas innoncent.

Raxos aggripa celui qu'il venait d'attraper par le col et le souleva en lui envoyant un sauvage coup de heaume avant de le propulser au sol, enchainant en lui assennant un coup de botte dans les cotes, brisant celles ci. D'une main ferme il le prit par la gorge et le hissa pour le fracasser contre la roche de la fallaise.


<< Ou est ton chef ?>> Le questionna Raxos d'un voix menacante. Le faux brigant ayant vu la tête son camarade volé comprit rapidement que le chevalier ne faisait pas dans la méthode qu'on lui avait cité...

<<Je... je sais pas il ne nous contact que par message.>> Lui repondit-il en etouffant.

Raxos plissa l'oeil derrière son heaume et le jetta au sol nouveau dans une violence intolérante et cruelle. Il enfonca de genoux sur son torse pour bloquer ls respiration et leva un poing menancant de frapper à tout moment son visage.


<<Parle ! Ou je te brise les os !>> Repeta t-il.

<<J'en sais rien je te dit ! j'en sais...>> mais il ne put de répeter, le poing de plaque argenté s'ecrassa sur son visage, lui arrachant deux dent qui volèrent par dessus la falaisse.

<<PARLE !>> Insita Raxos

<<T'as plus rien Raxos ! Tu crois qu'on à peur de toi ? Toi, t'as des règles... Si tu veux nous attraper, il va te voir franchir ta seule règle d'or...>> Repondit enfin l'apréhender, avec un visage emplit de malice malgré le sang qui s'échappait d'entre ses lèvres.

<<C'est une posibilité envisageable.>> Raxos souleva de nouveau l'homme pour le suspendre par dessus la falaise, pieds dans le vide.

<<Tu va faire quoi ? me tu...>> Les deux mains qui le retenaient s'ouvrient subitement, le laissant tomber dans le vide, hurlant de peur de manière écourtée lorsque son corps se déforma contre les roches au pied de la crevasse, ses os se brisèrent effroyablement sous le choc pour lui offrir une mort rapide das une position désarticulée... Le paladin avait tenu promesse, il lui avait brisé fatalement les os, certains même dont il ne connaissait pas l'existence.

<<Oui, te tuer.>> Répondit Raxos au cadavre en le surplombant, avant de se diriger d'un pas colérique vers celui coincé sous le cheval.

Les soldats de l'alliance se regardaient entre eux, bien que sceptique sur les méthodes du chevalier de la main d'argent, ils étaient des ennemis de l'alliance. Raxos se défaisa de son heaume et dériva son unique oeil vers le brigant qui n'avait pas encore subis le courroux zelé du paladin.


<<Je t'écoute.>> dit-il simplement d'un manière si calme que cela en devenait inquiétant.

<<Quartier des mages ! cinquième avenue des arcanes ! aux 15 ! C'est là qu'on les rencontre à chaque fois !>> lui repondit-il en balbutiant sans perdre de temps.

<<Merci.>> termina Raxos avant de s'en detourner pour attraper les rênes de son destrier.

Dialogue entre Ragnar et Raxos:
 

Ragnar se précipita vers Raxos, l'interpelant en attrapant son épaulière pour le pivoter vers lui.


<<Raxos ! Ce regard... Ce n'est pas celui que je connais... Que... c'est-il passé ?>>

<<Ton regard aussi n'est plus le même Ragnar, je te retourne la question.>> Retorqua son ellocuteur en continuant: -<< Serais-je dans le l'erreur si je dis que j'avais raison lors de tes aveux ?>> dit-il en lui offrant un sourire malgré son air sérieux.

Ragnar fut d'abord sceptique. Le regard et l'expression de Raxos n'étaient plus ce qu'il avait connu, mais ne put se résoudre à cacher la nouvelle à son ami:
<<je... Je l'ai trouvée, oui...>>

<<Alors protège là comme si elle était ta vie, Ragnar, ne te détourne jamais d'elle, rend la... Que dis-je, tu sais très bien ce que tu as à faire... J'ai foi en toi.>>

<<Et eux, c'est qui ? >> Reprit Ragnar en avisant l'homme encore coincé sous le cheval ou les soldats de l'alliance se tuaient à trouver une solution pour le sortir de là... Il avait probablement les jambes brisées et bouger un cheval mort n'est pas mince affaire.

<<Ennemi de l'alliance, affilié au crane.>> Affirma le Paladin

<<Au crane ?>> Répondit Ragnar en haussant un sourcil, se rappelant le mise en garde d'Archandre.

<< C'est ainsi que s'auto proclame les individus que tu as vu prendre mes biens, et ils ne se sont pas limités qu'a moi. Il se pourrait qu'ils soient affiliés aux Moissonneurs. Une piste. J'ai à faire Ragnar, navré mais nous parlerons plus tard.>> Finit Raxos en se hissant sur la selle d'Inquisitus en s'aidant des rênes... mais Ragnar ne semblait pas vouloir en finir.

<< Qu'est-ce qui t'es arrivé, je ne te reconnais pas mon ami...>> insita t-il d'un air peiné.

<<Perce-Ténèbre aussi hum ? mes salutation distinguer à Archandre. Et... Veille sur anke pour moi.>> répondit Raxos en détournant la question.

<<J'ai déjà quelqu'un sur qui veiller.>> Dit-il en froncant le regard.

Raxos plissa l'oeil. << Je te connais depuis bien des années Ragnar, mais jamais je ne t'ai vu ainsi. Je prierais la Lumière pour qu'elle vous garde, si il arrive malheur soit sur que Resath et moi-même réponderons à ton appel, même si tu as déjà une armée à toi tout seul.>> retorqua t-il en avisant le cor à la ceinture du guerrier avant de partir au galop sans demander le reste du guerrier.

<<Je suis désolé pour Niobé ! Resath et moi on a chercher Raxos ! On l'a cherché partout ! Resath est sur tout les pistes, et j'aimême rechercher dans le Nord du continent ! A toute essayé ! Mais on ne l'as pas trouvé ! Je te jure qu'on a tout donné Raxos ! TOUT ! Tu sombre dans le chaos et l'inconscience, et lorsque tu reapparait, c'est tout ce que tu trouve a dire ? Tout ce que tu trouve à faire ? Nira'Mu avait donc raison ? Alors quoi ? Je deviens Protecteur et toi destructeur ? On échanger les rôles c'est ca ? Je ne sais pas ce que tu a vu, ni même ce qui t'es arrivé mon ami, mais cela m'inquiète !>> Hurla Ragnar en direction de Raxos qui s'éloignait, ce dernier stoppant net son destrier sous les paroles de Ragnar. Il fit pivoter Inquisitus pour faire face au guerrier de profile.

<<Je sais pour Niobé. Je vous suis reconnaissant. Ragnar parfois les choses finissement mal. Parfois lorsqu'on croit enfin tenir la bonne personne, on se fait lachement abandonné du jour au lendemain pour des raisons qu'on ignore, qui ne sont même pas justifiées. Je survirais à Niobé, je survivrais aux Moissonneurs. Ne t'en fais pas.>> Le visage du paladin gardait son calme éternel, si calme lorsqu'il parlait de Niobé que cela devenait effrayant.

<<Tu est tout seul contre ces assassins !>>Lui répondit Ragnar en hurlant, avant que Raxos rétorquer de la même facon, la discution tournant à la dispute.

<<Et quoi ?!>>

<<Tu es dépassé par tout cela !>>

<<Ragnar, qui vois tu lorsque tu me regarde ?! Le soldat avec qui tu partegeait tes rations en outreterre ? Celui avec qui tu parlais de tes histoire jadis ? Je suis le seul rempart entre les moissonneurs et leur objectifs ! Si ils ont employés des assassins c'est parceque c'est cause de moi qu'il respirent mieux lorsque le soleil se lève ! Alors non je ne suis pas dépassé par tout cela ! Je ne serais pas vaincu. Mais eux le seront !>>

<<Accomplit tes rêves Ragnar ! Je suis sûr que tu ne refera par les mêmes erreurs que moi, vis ! vis pour elle ! vis pour vous ! Construit cette famille dont tu rêve depuis tant ! Avec cette ferme, ces enfants, ce champs, dans ce petit village.>>finit Raxos avant repartir hâtivement vers forgerfer, fuyant la suite pendant que Ragnar l'avisait de son regard azur, on ne peut plus sceptique.


* * *

Epliogue:
 

A l'ombre de l'un se trouvait l'autre, ou presque... Et bien que les dires de Raxos planaient depuis longtemps sur le guerrier, il ne fut que désemparé lorsqu'il le croisa ce soir. Ragnar sur le dos de Bragg était sur le chemin retour vers Thelsamar. Bien qu'il n'était pas comme le paladin et qu'il ne le serais jamais, il se jura de ne pas finir comme lui, de ne pas perdre son aimée et de ne pas cêder à la folie et la corruption.

"Je n'ai pas besoin de tes conseils mon ami, je sais ce que je veux, et ce que je vais faire. Tu as brisé tes codes, ton éthique et ta morale, je ne finirais pas comme toi. Je ne perderais pas, je ne laisserais pas ce monde triomphé de moi, de nous. Je briserais ceux qui ose s'en prendre aux miens, et je trancherais la gorge à ceux qui leur font du mal. Je ne laisserais pas partir Celia comme tu as laissé partir Niobé. Tu es faible Raxos. Tu t'es contenter d'être un protecteur, je ne ferais pas cette faute. Sois en sûr, que les dieux m'en soit témoins, je jure, je promet qu'un jour, tu pourra venir boire une pinte avec ma famille. Ma femme, mes enfants, ma maison. Et je les protegerais, je détruirais tout les obstacles, tout ceux qui se dressent sur ma route, sur notre route. Je suis et serais bien plus qu'un protecteur. Et tout cela, je le ferais avec elle. Je leur offrirais tout ce qui à de meilleur ce monde, et si les dieux s'avisent de me la prendre, j'irais moi-même brandir ma masse contre eux."

"Et tant que je serais dans cette famille, cette meute, j'en ferais de même..."


Ragnar Valurius, L'indomptable 1437572616-ragnar
Revenir en haut Aller en bas
Ragnar Valurius

Ragnar Valurius

Messages : 43
Date d'inscription : 01/07/2015

Feuille de personnage
Classe: Guerrier
Titre: L'Indomptable
Grade: Agent

Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Cor de Bataille   Ragnar Valurius, L'indomptable EmptyMer 22 Juil - 16:42

Ragnar Valurius, L'indomptable 1437576255-cor-de-bataille
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Ragnar Valurius, L'indomptable Empty
MessageSujet: Re: Ragnar Valurius, L'indomptable   Ragnar Valurius, L'indomptable Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Ragnar Valurius, L'indomptable
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Jennifer Donnelly] L'indomptable
» [Donnelly, Jennifer] Saga des roses - Tome 1: L'insoumise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PerceTénèbres :: Communs de l'ordre :: Archives d'une bibliothèque de la Tour des Mages-
Sauter vers: